étal de fruits au marché

La grande distribution s’engage auprès des pêcheurs et maraîchers français afin d’écouler les stocks

Alors que les pêcheurs et maraîchers français ont des difficultés à écouler leur stock en raison de l’épidémie de Covid-19, les enseignes de la grande distribution ont annoncé plusieurs mesures afin de leur venir en aide. L’objectif est d’encourager les consommateurs à acheter des produits français, alors que la vente de produits frais comme le poisson ou bien les fruits et légumes a considérablement chuté. Faute de débouchés suffisants, privés de ceux en provenance de la restauration, mais aussi résultat de consommateurs qui privilégient d’autres produits dans une logique d’achats de précaution et d’inquiétudes sanitaires.

Alors que notre regard s’est focalisé sur les scènes de cohues observées dans les magasins et sur le matériel de protection à disposition des hôtes et hôtesses de caisse, la crise actuelle nous rappelle aussi que la grande distribution est dépendante d’une chaîne allant du producteur à la logistique. Un secteur à qui Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, a demandé de faire preuve d’un patriotisme économique, en s’approvisionnant chez les producteurs français et en encourageant leurs clients à acheter leurs produits.

La consommation des produits frais chute suite à la crise du Covid-19

Si les Français s’orientent vers de nouveaux canaux de distribution, dont le drive ou la livraison à domicile, la modification des comportements d’achat passe aussi par des changements relatifs au type de produit acheté. Selon une étude Nielsen, sur la semaine du 9 au 15 mars, les ventes de farine et de pâtes ont augmenté respectivement de 206% et 196%. Si ces chiffres coïncident avec des achats de précaution, symboles de la phase pré-confinement, il n’en reste pas moins que la tendance semble inversée pour les produits frais, alors que, dans le même temps, leurs prix ont sensiblement augmenté. Résultat de coûts de production tricolores plus élevés et d’une hausse des coûts de transport. Mais la hausse des prix n’explique pas tout, certains consommateurs se détournent de cet achat en raison de craintes sanitaires. En effet, les produits emballés, et non au détail, suscitent davantage de confiance dans un contexte de crise sanitaire. Cette désaffection des consommateurs pour ces produits provoque de nombreuses tensions dans la filière agricole et piscicole, notamment au niveau des stocks. L’enjeu pour la grande distribution est donc d’aider ces deux acteurs, maillons essentiels de la chaîne d’approvisionnement.

La grande distribution incite les consommateurs à acheter des produits français pour écouler les stocks

Afin de soutenir les producteurs français, dont les capacités d’écoulement des stocks sont réduites par la crise sanitaire actuelle, les enseignes alimentaires plébiscitées pendant la crise, encouragent les consommateurs à acheter français. Preuve en est, l’initiative d’Intermarché, qui a décidé de lancer “un plan média national d’envergure pour sensibiliser les Français (…) et les inciter à consommer notamment plus de fraises et d’asperges françaises, ainsi que de poissons issus de la pêche fraîche française”. Au-delà de la communication, le soutien de l’enseigne, se manifeste également par la proposition d’une sélection de produits en provenance de l’agriculture ou de la pêche française à un prix de vente au minimum légal. Une autre façon d’encourager les consommateurs à acheter ces produits. Des initiatives similaires, via des campagnes de communication, pour le groupe Auchan, qui invite ses consommateurs à acheter des asperges et fraises françaises. Si la communication est un outil efficace pour donner de la visibilité aux enjeux, et doper les ventes, certaines enseignes vont plus loin en rachetant une partie des stocks de certains producteurs.

Le rachat des stocks par la grande distribution, une solution pour aider les producteurs français

Dans une optique d’écoulement des stocks, certaines enseignes de la grande distribution proposent de racheter directement la marchandise des producteurs. Plusieurs supermarchés ont ainsi décidé de basculer vers 100% de fruits et légumes français. Déjà, il y a quelques mois, dans un programme en faveur de la transition alimentaire, le groupe Carrefour s’était engagé à atteindre une offre de fruits et légumes à 95% française. Un chiffre d’ores et déjà atteint selon l’enseigne. Plus récemment, afin de répondre à la crise actuelle, le distributeur s’est engagé à garantir les volumes et prix d’achat sur une dizaine de produits issus de la pêche française. Par ailleurs, il s’agit aussi de maintenir l’ouverture des rayons de produits frais.

Le soutien aux producteurs français est aussi porté par des initiatives locales. Dans l’Eure, plusieurs supermarchés se sont engagés à racheter la production de certains agriculteurs. En Moselle, un magasin Super U vient en aide aux producteurs locaux, via un appel lancé sur les réseaux sociaux. Des partenariats gagnant-gagnant qui pourraient par la suite créer une relation de long terme entre les enseignes de la grande distribution et les producteurs locaux.

Keep Exploring
centre commercial plein air de frey
Les centres commerciaux de plein air de Frey refont le plein depuis la fin du confinement