Enseigne Leclerc

Les salariés de l’enseigne Leclerc de Landerneau (Finistère) produisent 850 masques

Dans un contexte de pénurie de masques, les personnels soignants, tout comme les salariés des activités essentielles, sont particulièrement exposés au risque de contamination. Augmenter le stock de ces équipements de protection est une priorité du gouvernement et des entreprises qui ont passé plusieurs commandes. Pour répondre à cet enjeu, à leur échelle, des salariés de l’enseigne Leclerc de Landerneau dans le Finistère ont fabriqué 850 masques.

Des salariés de Leclerc se mobilisent pour produire des masques

Alors que les deux milliards de masques commandés par la France à la Chine n’arriveront que fin juin, des caissières du magasin Leclerc de Landerneau ont produit près de 850 masques à destination des salariés mais aussi du personnel soignant et d’autres entreprises du secteur. L’initiative est d’abord celle d’une caissière, couturière en dehors de ses heures de travail. Devant l’impératif d’équiper les salariés du magasin, sept autres caissières la rejoignent afin de produire plus de masques, et cela, pendant les heures de travail. Cette initiative spontanée de salariés est une réponse aux besoins de protection des personnels mobilisés dans le contexte du Covid-19. Le témoignage que salariés comme enseignes de la grande distribution sont pleinement engagés dans la gestion de la crise sanitaire. À la fois pour assurer la continuité du service d’alimentation, mais aussi pour assurer la sécurité sanitaire des Français.

La livraison, point de tension de l’approvisionnement en masques

La situation sanitaire actuelle provoque une très forte hausse des besoins en masques de protection. Si des initiatives de production voient le jour, la commande de masques reste la voie privilégiée, dans un contexte où la France n’a pas la capacité d’en produire suffisamment. Le groupe Casino vient par exemple de passer une commande de 3 millions de masques pour l’ensemble de ses salariés. Mais les délais de livraison peuvent être longs, étant donné qu’il s’agit pour la plupart de masques en provenance de l’étranger. Par ailleurs, une grande partie des points relais ont fermé leurs portes, compte tenu des mesures de confinement. Pour le secteur de la logistique, les tensions sont donc nombreuses et le respect des délais de livraison très difficile, voire impossible. L’enjeu est donc de taille pour assurer la continuité d’approvisionnement de ces produits.

Le secteur du retail pleinement engagé dans la gestion de la crise sanitaire

Cette initiative locale est loin d’être isolée, de nombreuses entreprises du retail ayant décidé de produire elles-mêmes des masques devant l’aventure kafkaïenne qu’est la livraison de masques. Des poids lourds de l’industrie française dont LVMH ont d’ailleurs décidé d’utiliser leurs sites de production pour se consacrer à la fabrication de masques et de divers matériels de protection. Un élan solidaire, qui fait suite à la production, en masse, de gels hydroalcooliques à destination des hôpitaux. Outre les efforts du secteur de la grande distribution pour produire des masques, les enseignes développent des initiatives solidaires afin d’aider les salariés mobilisés, personnels soignants comme producteurs de fruits et légumes.

L’initiative des salariés du Leclerc de Landerneau témoigne de l’investissement du secteur du retail dans la production, au niveau national, de masques de protection. Une mobilisation nécessaire, quand on connaît les difficultés de livraison actuelle mais aussi l’importance des besoins. Un moyen d’anticiper la possible généralisation du port du masque dans la phase de post-confinement.

Keep Exploring
logo casino
Groupe Casino, une croissance dopée par le marché français, le e-commerce et l’Amérique latine