Supermarché

Covid-19, la grande distribution en mission… de service public

Longtemps décrié, le secteur de la grande distribution semble aujourd’hui réhabilité par son rôle dans la gestion de la crise sanitaire et sa mission de continuité de la distribution alimentaire. Outre le fait de nourrir les Français, les enseignes et salariés sont à l’initiative de dispositifs solidaires afin d’améliorer la vie de chacun pendant le confinement.

La grande distribution assure un service de première nécessité pendant le Covid-19

Dès le début de la crise sanitaire, la grande distribution s’est voulu rassurante quant au niveau des stocks et sur sa capacité à assurer un service de distribution alimentaire sur de longues semaines. Une parole portée par les dirigeants des acteurs de la grande distribution, dont Michel-Edouard Leclerc pour qui “on a de la bouffe jusqu’à l’été” ou encore par Dominique Schelcher, patron de Système U, pour qui “il n’y aura pas de pénurie”.

Dans un premier temps, les inquiétudes étaient, en toute logique, centrées sur le risque de pénurie. Mais les distributeurs ont rapidement montré leur capacité à solliciter leur chaîne d’approvisionnement, tout comme ils ont réussi à assurer dans de bonnes conditions la vente des produits. Soucieuse de préserver la santé de ses salariés, la grande distribution leur a apporté des garanties sanitaires via l’achat de matériels de protection. Les gestes barrières ont été rapidement intégrés par les clients, permettant de créer un climat d’achat serein malgré les risques de contamination. Preuve de son adaptation à des comportements d’achat et des contraintes nouvelles, la grande distribution a rapidement transformé les modèles d’ouverture de ses magasins. Ouverture en matinée pour le personnel soignant, livraison à domicile pour les plus âgés, extension des horaires pour lisser les achats, sont autant d’initiatives qui ont permis, avec succès, la continuité du service de distribution alimentaire.

Preuve de cette réussite, les éloges du côté de l’exécutif sont nombreuses. Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, souligne une réaction “remarquable et rapide” de la part des distributeurs face à l’épidémie. Sur le même registre, Edouard Philippe a salué “l’engagement de la grande distribution et celui des hommes et femmes qui y travaillent”.

La grande distribution, force d’initiatives solidaires face à la crise du Covid-19

Si la grande distribution a su proposer de nouveaux services aux publics les plus fragiles, elle est aussi le théâtre d’initiatives solidaires en faveur des producteurs français, durement touchés pendant la crise. C’est le cas des pêcheurs et maraîchers, qui éprouvent des difficultés à écouler leurs stocks et qui sont confrontés à un manque de main d’oeuvre. Dans ce cadre, plusieurs enseignes de la grande distribution se sont mobilisées afin de leur venir en aide. D’une part, les enseignes usent de leur audience pour encourager à la consommation de produits français, de l’autre elles s’engagent à se fournir chez des producteurs français, voire à racheter leurs stocks invendus. À l’occasion du weekend pascal, le groupe Casino, via son compte Twitter, fait la promotion de l’agneau français, tandis qu’Auchan, dans cette période de récoltes, met en avant les asperges françaises. Certaines enseignes, comme Carrefour, au niveau local, se proposent de racheter les stocks des producteurs. Si ces aides peuvent aller de soi, dans le sens ou la grande distribution est intimement liée à sa chaîne d’approvisionnement, les initiatives dépassent ce cadre.

Les personnels mobilisés, en première ou seconde ligne dans la gestion de la crise sanitaire, font aussi l’objet d’une attention particulière de la part de la grande distribution. L’enseigne Carrefour fournit par exemple des plateaux-repas aux routiers, tandis que Monoprix, en partenariat avec la Croix Rouge, livre des paniers solidaires aux soignants. L’action du groupe Casino s’étend aussi à la livraison des 6.5 millions de masques commandés par l’association des maires de France, via sa filiale e-commerce, Cdiscount.

La mobilisation de la grande distribution est aussi celle de ses salariés

Parmi les initiatives médiatisées, il y a, bien entendu, celles qui viennent du top management, mais il y aussi et surtout celles d’hommes et de femmes ayant à cœur d’apporter leur pierre à l’édifice. Les initiatives des salariés de la grande distribution sont nombreuses, elles vont de la confection de masques dans un magasin Leclerc du Finistère, au message de soutien envers le personnel retail d’un ancien salarié de la grande distribution devenu humoriste. Des initiatives spontanées de salariés qui font preuves de communauté, de solidarité, dans un contexte où les Français en ont plus que jamais besoin. Directeurs de magasins, caissières, agents d’entretiens, employés de mise en rayon, participent à l’effort, sans précédent, d’un secteur dans le combat contre une épidémie mondiale. Pour preuve, de nombreux Français rendent hommage “à ces héros du quotidien” chaque jour sur les réseaux sociaux.

La grande distribution victime récurrente d’un distribashing politique

Dominique Schelcher et Michel-Edouard Leclerc se plaignaient encore récemment d’un “distri bashing” par une certaine partie de l’opinion dont les politiques, qui évoquent souvent la grande distribution en des termes peu élogieux. Certains l’accusant, dans une logique de réduction des prix, de participer aux difficultés des producteurs, de mettre la pression aux fournisseurs, ou encore d’accorder de mauvaises conditions de travail à ses salariés. En ce sens, la gestion de la crise sanitaire a pu prouver le contraire. Un secteur soucieux de préserver les producteurs via des mesures d’aides, les salariés comme clients via des mesures sanitaires. Un secteur qui a démontré la recherche de qualité dans ses stratégies d’approvisionnement. Enfin, un secteur qui fait gage d’entraide dans une situation délicate économiquement comme socialement.

La grande distribution semble avoir retrouvé ses lettres de noblesse, longtemps confisquées par un tribunal médiatique et populaire, qui voyaient en elle une volonté d’engranger les bénéfices au dépend des petits producteurs. Dans la gestion de la crise, le secteur fait preuve d’efficacité en termes d’approvisionnement, mais aussi de solidarité auprès des personnes fragiles ou mobilisées. Preuve que la société Française aurait tort de ne pas considérer, à sa juste valeur, le secteur de la grande distribution.

Keep Exploring
Forêt
Des produits Carrefour invendus retrouvés dans une forêt du Nord de la France