Alexandre Bompard

Alexandre Bompard, PDG du groupe Carrefour, baisse son salaire pour 2 mois

Carrefour a annoncé la baisse de 25% du salaire de son PDG, Alexandre Bompard, et ce, pour une durée de 2 mois. Une décision qui intervient après l’appel du pied fait aux entreprises par l’Association française des entreprises privées (Afep) et le gouvernement, qui a décidé de conditionner les aides publiques à cette décision.

Une réponse de Carrefour à la demande de l’État de réduire le salaire des dirigeants

Dans un souci de solidarité vis-à-vis de leurs salariés, les entreprises bénéficiant des mesures de chômage partiel ou de garanties de prêts ont été incitées à réduire les salaires de leurs dirigeants par le gouvernement et l’Afep. Un gage d’exemplarité, alors que près de 9.6 millions de salariés sont au chômage partiel. Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, s’est aussi prononcé pour une “modération” dans la distribution des dividendes.

C’est dans ce contexte que Carrefour a décidé de baisser la rémunération de son PDG mais aussi de réduire de moitié les dividendes proposées au titre de l’exercice 2019. Par ailleurs, le communiqué du groupe précise qu’Alexandre Bompard a décidé de “geler les rémunérations fixes des membres du Comité exécutif” sur l’ensemble de l’année 2020, et leur a demandé de “renoncer à 10% de leur rémunération fixe pour une période de deux mois”. Alexandre Bompard et le conseil d’administration ont également décidé de “diminuer de 25% le montant de leurs jetons de présence pour l’année en cours”. Une somme qui sera allouée au financement d’actions solidaires pour les salariés du groupe.

Un geste de solidarité, alors même que la grande distribution n’est pas concernée par les aides de l’État. Un geste qui va au-delà des demandes étatiques, en témoigne le gel des rémunération des membres du comité exécutif. Enfin, un geste qui rappelle l’engagement de la grande distribution dans la gestion de la crise sanitaire.

La décision du groupe Carrefour confirme l’élan de solidarité dont fait preuve la grande distribution

Si les initiatives solidaires de la grande distribution, montrent à elles seules, l’ingéniosité dont a su faire preuve le secteur pour gérer la crise sanitaire, la décision du groupe Carrefour dit une chose supplémentaire. Au premier abord, la baisse de rémunération des dirigeants est de l’initiative d’entreprises rencontrant des difficultés financières ou des tensions de trésorerie dans le contexte du Covid-19. Or, la grande distribution se porte plutôt bien, revigorée par une image nettement améliorée. Les panels s’accordent à dire que la vente des produits de grande consommation a augmenté de l’ordre de 15% depuis le début de la crise sanitaire. De ce fait, la situation financière n’exige pas cette décision. De plus, l’espoir d’une aide étatique ne la contraint pas à diminuer les salaires de ses dirigeants. En effet, le groupe n’a pas adopté des mesures de chômage partiel, comme il n’a pas non plus souscrit au prêt garanti par l’État. Par ailleurs, c’est aussi une preuve d’exemplarité, d’un dirigeant, qui connaît l’engagement intense dont font preuve les salariés de la distribution. D’un côté, la rémunération du PDG baisse, de l’autre l’enseigne de distribution, comme bien d’autres, s’engage à verser une prime à ses 85 000 salariés.

La baisse de salaire du PDG de Carrefour est une réponse de la grande distribution à la crise sanitaire du Covid-19. Une décision qui s’inscrit dans la lignée des mesures de solidarité prises récemment par les salariés et dirigeants.

Keep Exploring
Caissière
L’image du retail renforcée par le confinement