agrimarket

Le Covid-19 va-t-il enfin permettre d’en finir avec l’agribashing et la distribashing ?

Le confinement semble mettre fin aux critiques et bashing à l’encontre de l’agriculture et la grande distribution. D’un côté, l’appel à la solidarité nationale des agriculteurs a été entendu. De l’autre, les consommateurs redécouvrent leurs enseignes de proximité.

La grande distribution, vecteur de solidarité pour les agriculteurs

Avec la crise sanitaire liée au Covid-19 et le confinement, les Français ont dû adapter leurs habitudes de consommation. Aujourd’hui, ils portent un autre regard sur les différents acteurs qui constituent la chaîne de production alimentaire.

De nombreuses initiatives solidaires se mettent en place afin de permettre aux producteurs comme les agriculteurs et les maraîchers de trouver des débouchés à leur production. À l’échelle nationale, les acteurs de la grande distribution ont multiplié les initiatives de soutien aux producteurs via une communication intense louant le “Made in France” ou encore via le rachat des stocks. Au niveau local, grâce aux réseaux déjà existants comme avec la marque Pays Cathare ou Bienvenue à la ferme, les services de livraison s’organisent. Des services de Drive sont également mis en place, comme avec la boutique Borieta de Carcassonne et son Drive accessible depuis son site internet.

Parallèlement, certains agriculteurs doivent faire face à des commandes exceptionnelles de la part des supermarchés, eux-mêmes victimes d’un pic d’activité. Certains agriculteurs doivent, par exemple, livrer davantage de produits qu’à l’accoutumée. Face à cette situation, des particuliers se portent volontaires afin de soulager les agriculteurs et les seconder dans leurs récoltes.

Le monde de l’agroalimentaire montre sa résilience et sa capacité à s’adapter aux besoins des consommateurs, même en période de crise. Certains espèrent, même, que de nouvelles habitudes plus responsables naîtront, allant à l’encontre de la consommation intensive.

Le retour en grâce des enseignes de proximité de la grande distribution

Il y a six mois seulement, le monde de la grande distribution était encore montré du doigt pour une guerre des prix sans fin, et un rapport de force avec les producteurs. L’arrivée de nouvelles enseignes pure players ou spécialistes des circuits courts avait également concurrencé les mastodontes du secteur (Auchan, Carrefour, Casino), qui ont dû s’adapter.

Mais depuis le début du confinement, le monde de l’agroalimentaire semble avoir retrouvé ses lettres de noblesse. L’appel de Bruno Le Maire à l’intention des dirigeants du secteur, la solidarité des Français pour les hôtes de caisse… Et derrière les marques de solidarité et de remerciement, les clients sont au rendez-vous. La semaine précédant le confinement, les ventes de produits frais et de grande consommation ont atteint une hausse record de 11% par rapport à l’an dernier selon l’institut Nielsen. Les services de Drive sont pris d’assaut : plus 74% pour le Drive et plus 90% pour les livraisons à domicile, selon l’institut. Autre changement, les consommateurs privilégient, désormais, les supermarchés de quartier pour faire leurs courses : en ville, la proximité progresse de 62%, elle est à 74% dans les zones rurales.

Les temps de crise redéfinissent l’essentiel aux yeux des Français et donc les activités essentielles et celles qui le sont moins. Il est donc indéniable de parler d’un retour en grâce du monde agricole et du secteur agroalimentaire dans le coeur des Français. Face à la solidarité donc, les critiques deviennent sourdes. Mais pour combien de temps ? Disparaissent-elles vraiment ? L’après-crise nous le dira.

Keep Exploring
centre commercial
Carmila : la foncière du groupe Carrefour annonce la fermeture de 35 centres commerciaux en France