Caisses automatiques

La crise sanitaire va-t-elle accélérer l’usage des caisses automatiques dans les grandes enseignes ?

L’annonce de l’ouverture le 1er mai via le recours exclusif aux caisses automatiques du Géant Casino de Montélimar a suscité de vives critiques de la part des syndicats. Un cas qui rappelle, si nous l’avions oublié, que le sujet est un point de tension entre organisations syndicales et enseignes de la grande distribution. Mais la crise sanitaire pourrait rebattre les cartes compte tenu des avantages sanitaires constitués par ces dispositifs technologiques.

Les caisses automatiques de plus en plus utilisées pendant la crise sanitaire

Depuis le début de la crise sanitaire, le recours aux caisses automatiques est privilégié aussi bien par les enseignes que par les clients. À la batterie des mesures sanitaires, de distanciation sociale, de régulation du flux de clientèle dans les magasins, est venu s’ajouter l’usage des caisses en libre service. Celles-ci prennent dorénavant, quelque peu, le pas sur les caisses traditionnelles, avec une incitation aux paiements sans contact via carte bancaire ou smartphone. À ces incitations viennent se coupler des initiatives de consommateurs soucieux de préserver leur santé et celle des autres. C’est donc tout naturellement que plusieurs d’entre eux se dirigent vers cette technologie d’achat dans le contexte de crise sanitaire actuel. Si l’argument sanitaire prime, pour les enseignes, comme dans le cas de l’ouverture du Géant Casino de Montélimar, il s’agit aussi de répondre à la demande des consommateurs dans un contexte où les tensions sur les effectifs se font ressentir. Pour les consommateurs, l’usage de cette technologie d’achat permet de réduire les contacts et de réduire le temps passé dans le magasin.

Les récentes positions syndicales vis à vis des caisses automatiques révèlent des lignes de fracture

Loin du consensus syndical qui prévaut habituellement sur la question, des voix dissonantes se sont faites entendre quant à l’utilisation des caisses automatiques en période de crise sanitaire. Pour sa part, le syndicat FGTA-FO, avait demandé de prioriser l’utilisation des caisses automatiques dès le début de la crise sanitaire. Une mesure en vertu “de la responsabilité de l’employeur” pour protéger les salariés comme les clients. D’un autre côté, la CFDT, de concert avec la SNTA FO, s’est opposée à la potentielle ouverture en mode autonome du Géant Casino de Montélimar le 1er mai. Pour ces deux syndicats l’ouverture n’a pas lieu d’être et l’utilisation des caisses en libre service n’est pas souhaitable. Par ailleurs, ces oppositions syndicales à l’ouverture autonome des enseignes le 1er mai, mais aussi le dimanche, commencent à être soutenues, sur le plan politique, par des antennes locales du PCF, comme c’est le cas à Lorient. Le Parti communiste appelle au “boycott” des enseignes de la grande distribution qui choisissent le recours exclusif aux caisses automatiques certains jours et notamment le 1er mai. Mais ces oppositions devraient se heurter à une tendance de fond, annoncée par certains spécialistes et anticipée par les acteurs de la grande distribution : le recours à l’automatisation dans l’après confinement.

L’utilisation croissante des caisses automatiquess’inscrit dans une tendance à l’automatisation

L’usage des caisses en libre service devrait, en toute logique, se démocratiser dans la séquence de l’après confinement. Déjà, la période de confinement a confirmé que les Français étaient soucieux de réduire, dans la mesure du possible, toute forme de contact humain. L’attrait pour les achats en ligne le démontre. Une généralisation de l’utilisation des caisses automatiques est donc à prévoir, d’autant plus que les craintes sanitaires resteront fortes au cours des prochains mois. Comme l’admet dans une récente interview le chirurgien et essayiste Laurent Alexandre : “Tant qu’il y aura un risque virologique, nous préférerons avoir des machines que d’avoir des hommes”Une position également partagée par Erwann Tison, directeur des études au sein l’institut Sapiens, qui pense que nous allons “alterner les périodes de confinement et de vie normale” et que face à cela “l’accélération de la digitalisation” permettra “la continuité d’activités économiques essentielles lors de prochains épisodes de confinement, sans mettre en péril la santé des personnes concernées”. Les prévisions de ces deux experts des nouvelles technologies quant à l’essor de l’automatisation, prouvent que les caisses en libre service seront une technologie d’achat privilégiée.

Nul doute que l’usage des caisses automatiques sera amplifié au lendemain de la crise sanitaire. Il s’agit d’une tendance à la hausse qui s’est vérifiée avant même le début de la crise sanitaire. En effet, selon le groupe Casino, 45% des paiements en hypermarchés et 36% en supermarchés sont réalisés par smartphone ou caisse automatique sur les deux derniers mois de l’année 2019. Par ailleurs, l’adoption de cette technologie d’achat s’inscrit, en toute logique, dans une nouvelle ère d’automatisation croissante sous l’effet des contraintes sanitaires. Les investissements de la grande distribution, dans les mois et les années à venir devraient donc, en partie, s’orienter vers une stratégie d’équipement des magasins en caisses automatiques.

Keep Exploring
Jérémie Herscovic
[Tribune] Et le retail ? Une année après « …nous sommes en guerre… »