Terroir

Intermarché continue de soutenir les producteurs du terroir pendant la crise

Intermarché a pris l’engagement de soutenir chaque semaine une filière en difficulté. L’enseigne développe ainsi une campagne de communication pour attirer l’attention du consommateur auprès de ces filières de production locales et à encourager les achats.

En tant qu’acteur économique se voulant inscrit au coeur des territoires, Intermarché intervient chaque semaine auprès du monde agricole pour participer à le soutenir face aux conséquences du Covid-19. Après les producteurs de muguet et de Saint-Nectaire, l’enseigne a tourné son attention cette semaine sur les difficultés rencontrées par les ostréiculteurs et les producteurs de Bleu d’Auvergne AOP.

« Comme Producteurs & Commerçants, nous avons un rôle majeur à jouer pour assurer la stabilité et la pérennité du monde agricole français durant cette période compliquée », explique Stéphane de Fontenay, chef d’entreprise Intermarché en charge du commerce de l’enseigne.

Les producteurs d’huîtres en grande difficulté

Sud Ouest titre sur une perte de 80% du chiffre d’affaire pour les ostréiculteurs charentais. Le syndicat des ostréiculteurs de Leucate mentionne lui une perte de 90% du chiffre d’affaire. La filière ayant déjà souffert d’un virus durant les fêtes de fin d’année 2019, cette nouvelle crise sanitaire met à nouveau la profession en difficulté. Avec le confinement instauré dans tout le pays et en particulier les fermetures des restaurants, les ostréiculteurs français ne parviennent plus à écouler les stocks de leur production.

Intermarché a communiqué sur sa volonté de contribuer à redynamiser leur activité. Dans une campagne média, l’acteur de la grande distribution a mis en valeur les bourriches N°3 de 2 kg, proposées à un prix de vente au minimum légal afin d’offrir des débouchés à un maximum de volumes. Il est indiqué sur le site que « plusieurs ostréiculteurs bénéficieront directement de cette opération. »

Les producteurs de fromages AOP fragilisés face aux nouvelles habitudes de consommation pendant le confinement

Selon le conseil national des appellations d’origine laitière, la France compterait près de 1000 tonnes de fromages AOP et IGP en surstock en ce moment. La baisse des ventes est le reflet des nouvelles habitudes de consommation des Français qui tendent à privilégier, en temps de crise, des produits utilitaires et de première nécessité.

Intermarché s’est déjà engagé à mettre en place une campagne média pour soutenir les fromages AOP. Malgré un léger rebond observé ces derniers jours, les ventes restent faibles, notamment concernant les fromages AOP d’Auvergne. Depuis mi-mars, le bleu d’Auvergne et la fourme d’Ambert ont vu leur vente chutée de près 50%, annonce à l’AFP Aurlien Vorger, directeur de la filière. L’enseigne réactive donc sa mobilisation en mettant un coup de projecteur cette semaine sur ces fromages du terroir auvergnat. Grâce à cette opération, 110 producteurs vont bénéficier d’un soutien financier bienvenu.

« Avec ces initiatives, nous souhaitons montrer au plus grand nombre l’importance d’acheter des denrées alimentaires issues de filières agricoles françaises. Par ce geste, les consommateurs aident les producteurs. », explique Stéphane de Fontenay.

Intermarché n’est pas le seul à se mobiliser pour soutenir les agriculteurs et les producteurs français : l’ensemble du secteur de la grande distribution met en place des initiatives solidaires et communique massivement sur les réseaux sociaux pour inciter les consommateurs à acheter les produits du terroir français. C’est le cas de Michel-Edouard Leclerc qui, sur ses réseaux sociaux, s’est fait le défenseur du “Made in France” invitant l’ensemble des magasins de son enseigne à s’approvisionner auprès des producteurs locaux. Une démarche qui prouve l’engagement de la grande distribution dans la gestion de la crise sanitaire.

Keep Exploring
Carrefour Market
Grande distribution : Carrefour annonce le recrutement en 2021 de 15 000 jeunes de quartiers défavorisés