Entrepôt

Grande distribution : le casse-tête logistique de l’après crise

La crise sanitaire a accéléré les processus de réflexion sur l’organisation logistique de la grande distribution. Des rayons difficiles à remplir, une demande accrue… le secteur a été profondément sollicité ces dernières semaines pour assurer, entre autres, la distribution des produits de première nécessité. De quelle façon la grande distribution peut-elle s’organiser pour l’après Covid-19 ?

Penser l’après-crise, une nécessité pour la grande distribution

Pour certains, le 11 mai était synonyme de « retour à la normale », mais il est clair qu’il reste encore du chemin à parcourir, comme l’a d’ailleurs confirmé le Premier Ministre Edouard Philippe : « La vie à partir du 11 mai ne sera pas la vie d’avant ».

Force est de constater que l’après crise ne pourra pas permettre un retour simple et direct à la vie d’avant et la grande distribution devra faire preuve d’agilité pour se réinventer. Il y aura immanquablement un « après ». La question, selon Arnaud Gauthier, président et directeur de l’expérience client Europe de Symphony RetailAI, est de savoir lequel.

Le secteur de la grande distribution, fortement sollicité au cours de ces dernières semaines, ne déroge pas à la règle. Comment repenser la gestion du secteur pour l’après crise ? L’objectif est clair : pour être capable d’assurer une résilience et de faire face à l’inconnu, la gestion de la logistique doit être repensée dans son intégralité.

Les failles du système logistique

Ici comme ailleurs, la grande distribution est restée mobilisée sans relâche pour répondre aux besoins alimentaires des consommateurs. Toutefois, par une gestion parfois complexe de l’approvisionnement et par des effets de consommation complexes à prévoir, des alertes de rupture heureusement légères ont pu intervenir dans certaines grandes surfaces au cours de la crise. D’un point de vue logistique, comment assurer le réapprovisionnement des grandes surfaces avec des stocks disponibles en entrepôts ? Habitués à prévoir la demande, les détaillants doivent à présent faire face aux alertes de pénurie et aux fréquences de livraison, sans avoir une grande visibilité.

La crise a révélé les failles du système logistique du secteur, encore très dépendant des chaînes d’approvisionnement d’acteurs tiers externes et/ou internationaux. Gérer la complexité de volumes de données colossaux en une journée reste une tâche ardue et le secteur doit renforcer sa réactivité et son sens de l’adaptation.

Un point de réflexion clair se dégage : la gestion et la maîtrise de la chaîne logistique sont stratégiques, au niveau de l’enseigne et du point de vente comme au niveau international et local. D’où la nécessité de disposer d’une visibilité globale, aujourd’hui plus que jamais, sur l’ensemble de la chaîne et des stocks. La capacité de réaction et d’adaptation dépendent en effet en particulier de cette visibilité.

Fort heureusement, la plus grande partie des détaillants réagissent en trouvant des alternatives afin d’assurer les sources d’approvisionnements. Fournisseurs et distributeurs doivent, à leur tour, s’atteler à trouver des issues de secours pour l’après crise.

La relocalisation de la production, solution pour l’après crise ?

Dès le début de la crise, la crainte d’une éventuelle pénurie préoccupait déjà nombre de Français, même si le secteur de la grande distribution a su dans les semaines de confinement faire la preuve de sa solidité en particulier sur les produits alimentaires. Toutefois, le fait qu’une partie importante de la production industrielle soit importée de l’étranger créé une forme de dépendance et un effet de prix.

Gage de sécurité et de maîtrise, la relocalisation est donc déjà plébiscitée par certains acteurs de la grande distribution qui souhaitent mettre en exergue des marques de distributeurs, des circuits courts ou encore des produits biologiques.

Il est essentiel de se réapproprier la production en maîtrisant et sécurisant les chaînes d’approvisionnement par la relocalisation mais pas uniquement, et en adoptant le plus systématiquement possible une approche intégrée. Cette maîtrise globale permettrait d’anticiper les imprévus et d’y faire face plus aisément à l’avenir. Pour aborder le monde de l’après crise, la grande distribution devra miser sur la réactivité, l’agilité et la résilience de sa logistique.

Keep Exploring
Magasin Lidl
Lidl affiche la meilleure progression en part de marché en 2021