Magasin

On en sait plus sur les achats alimentaires des Français depuis le déconfinement

Le confinement a fait naître chez les Français de nouvelles habitudes de consommation. La machine alimentaire a dû, quant à elle, s’adapter pour y répondre pendant le confinement. Mais quels sont les achats alimentaires plébiscités après le confinement ? Des produits alimentaires surgelés aux ventes d’alcool, les Français ont fortement augmenté leurs dépenses alimentaires depuis le lundi 11 mai.

Une augmentation de 9% des dépenses alimentaires

L’institut Nielsen considère que la semaine du 11 mai a permis de tirer les premiers enseignements pour l’avenir. Au cours de cette première semaine de déconfinement, les magasins ont vu passer de nombreux clients pour effectuer leurs achats alimentaires. Les ventes de produits alimentaires en grande distribution ont donc augmenté de 9% par rapport à la même semaine de l’année précédente, preuve d’un engouement majeur des Français à retrouver les rayons des grandes surfaces.

Produits surgelés salés, épicerie salé ou encore produits frais ont toujours le vent en poupe et profitent de la quasi-absence de circuits hors-foyers comme les restaurants ou cantines d’entreprises ou scolaires. Cette tendance née du confinement se confirme. Les ingrédients de cuisine restent en grande partie en tête de liste. Les nouvelles habitudes des Français, confinés il y a peu, ont donné lieu à la cuisine à la maison notamment en raison de la fermeture des restaurants. Les produits comme les épaississeurs pour sauces ont ainsi augmenté de 173%.

Le temps libre ou réinvesti laisse place à la confection de gâteaux comme le montre l’augmentation des ventes pour les produits en pâtisserie de 75% ou encore 35% pour les farines. Avec l’introduction massive du télétravail dans la vie quotidienne des Français et les enfants à la maison, cette tendance va très certainement perdurer.

L’alcool en haut de la liste

Si le confinement poussait les Français à passer à l’apéro virtuel, le déconfinement invite à se retrouver, entre famille ou amis autour d’un apéritif physique. Mais qui dit apéritif, dit achats supplémentaires. Les ventes confirment que les surgelés restent les mieux orientés tandis que les produits d’hygiène-beauté et les boissons non-alcoolisées le sont moins.

Pendant le confinement, les ventes d’alcool en France sont restées assez moroses avec un repli de 4%. Néanmoins, la première semaine de déconfinement amène à un tout autre constat : les ventes ont sensiblement augmenté, de 23% par rapport à la même semaine l’année dernière.

Après des semaines de fort recul, la croissance des ventes d’alcool reprend donc son souffle. Vins de toutes les couleurs et champagnes scellent le retour à la consommation. Spiritueux, gins et rhums voient, à leur tour, leurs ventes s’accélérer et grimper.

Développement des circuits courts et du e-commerce ne se démentent pas

Les circuits courts et le e-commerce continuent leur progression, déjà observée pendant le confinement. En effet, les circuits de proximité annoncent une augmentation de 19% de leurs ventes la première semaine de déconfinement. La livraison à domicile bat également son plein et progresse de 55% la première semaine de déconfinement. Mais la première place du podium revient aux enseignes qui proposent le drive et affichent une augmentation de 68% de leurs ventes.

Les habitudes de consommation des Français, acquises pendant le confinement, semblent encore persister. Avec le soutien de la grande distribution, l’activation de services parallèles tels que la livraison à domicile ou le click and collect n’ont pas fini d’être plébiscités à l’heure de la proximité.

Keep Exploring
Ursula Von Der Leyen
Les distributeurs européens demandent un plan de relance de la consommation