Caddie de supermarché

La grande distribution privilégiée par les Français pour l’achat de masques

Le lundi 11 mai, la France entamait son déconfinement progressif, avec plusieurs phases prévues en fonction de l’évolution de la situation sanitaire. Afin de se protéger contre le virus, les Français ont dû rapidement se procurer des masques. Prévue pour débuter le 4 mai, comment s’est déroulée cette distribution ?

Où se procurer des masques ?

Alors que les masques ont été une denrée rare durant la crise sanitaire, le gouvernement annonçait fin avril vouloir les rendre disponibles au grand public à partir du 4 mai. Bien que le personnel hospitalier disposait déjà de son propre circuit de distribution, les masques grand public, eux, ont été fabriqués par la filière textile, en France et à l’étranger. Ces masques devaient offrir un haut niveau de protection et répondre aux spécifications de l’Afnor, expliquait alors Agnès Pannier Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances.

Équipement indispensable à cette première phase de déconfinement, des masques ont été massivement distribués dans les pharmacies, mairies, en grande distribution ou chez les buralistes. Une mission menée efficacement, qui a néanmoins laissé place à quelques polémiques dont plusieurs enseignes de la grande distribution, accusées d’avoir caché leurs stocks de masques au début de l’épidémie, ont été victimes. Bien que les rumeurs aient été vite démenties, la question des ruptures de masques en France reste un sujet sensible. Le secteur de la grande distribution a également plusieurs fois témoigné de son soutien au personnel médical.

Les enseignes de la grande distribution (Auchan, Aldi, Carrefour, Colruyt, Cora, Groupe Casino, Intermarché, Leclerc, Lidl, Netto, Supermarché Match, Système U) se sont mobilisées et engagées à commercialiser des masques réutilisables en tissu, entre deux et trois euros, et des masques à usage unique à moins d’un euro “en cohérence avec leurs prix d’achat à l’étranger”, a affirmé la Fédération du commerce et de la grande distribution. Des masques tout public et vendu à prix coûtant pour assurer la protection des consommateurs. Ces engagements ont par ailleurs été largement respectés concernant les prix.

Une mission réussie d’après les premiers chiffres

Mais les Français sont-ils parvenus à se procurer des masques ? Nielsen, société internationale d’analyse de données, a interrogé 4 400 consommateurs représentatifs de la population française entre le 7 et le 11 mai 2020 pour savoir si les Français s’étaient équipés en masques pour se protéger du Covid-19. D’après cette étude, plus d’un tiers (36%) des Français se sont procurés des masques entre le 1er et le 11 mai dernier. Parmi eux, 43% des seniors se sont approvisionnés en masques, contre 27% des moins de 25 ans. Nielsen note aussi que le taux d’équipement est plus élevé en région parisienne, là où le virus reste plus fortement présent.

Pour ce qui est des lieux d’achat de ces masques, il semblerait que l’essentiel de ces dépenses aient été réalisées dans la grande distribution, secteur clé de la lutte contre la crise sanitaire. 11% d’entre eux ont acheté leurs masques dans les grandes surfaces alimentaires (GSA), plus exactement 6% en supermarchés, 4% en hypermarchés et 1% en magasins de proximité. Les Français ont aussi privilégié la pharmacie, qui arrive deuxième avec 8%. 5% des personnes interrogées les ont fabriquées chez eux. La grande distribution est donc parvenue à conserver une place importante après le déconfinement comme lieu de consommation pour des biens essentiels à la vie quotidienne : nourriture, produits d’hygiène et d’entretien, mais aussi désormais les masques.

Keep Exploring
Quick commerce : Gopuff met les bouchées doubles en Europe