Ursula Von Der Leyen

Les distributeurs européens demandent un plan de relance de la consommation

La crise sanitaire a profondément changé les manières de penser la consommation : de nouvelles tendances comme celle du consommer local sont apparues, bouleversant les anciennes règles de la distribution en France. Après deux mois de confinement, comment relancer la consommation en France et dans les autres pays touchés par la pandémie ? Le 26 mai, la Fédération du Commerce et de la Distribution et ses homologues allemands et italiens, ont adressé à à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, une lettre commune demandant des mesures urgentes.

Une situation “dramatique” du commerce de détail non alimentaire

Si depuis le début de la crise, les enseignes de la grande distribution se mobilisent pour assurer leur mission de service public, les commerces d’une manière plus générale n’ont pu rouvrir leurs portes que le 11 mai. Cette réouverture arrive après une véritable période de “mise sous cloche de l’économie du pays”, d’après les termes de Julien-Pierre Nouen, Directeur des études économiques et de la gestion diversifiée chez Lazard Freres Gestion. Selon l’INSEE, l’économie française aurait tourné à 70% de ses capacités normales pendant toute la durée du confinement.

Si certains services sont plus touchés que d’autre, de nombreux commerces ont souffert de cette situation. Même les grands noms de la distribution française ont vu leurs habitudes bousculées. Certaines enseignes ont d’ailleurs préféré repousser leur réouverture de quelques jours : c’est le cas d’Ikea et Conforama, dont l’objectif était d’attendre l’élaboration d’un plan d’ouverture stratégique et efficace avant d’accueillir à nouveau les clients.

Face à ce constat, la Fédération du Commerce et de la Distribution et ses homologues italiens, FederDistribuzione, et allemand, Haendelsverband Deutschland, ont décidé d’adresser une lettre à Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission Européenne. Dans cette lettre, publiée par LSA, les trois organisations font état de la situation des commerces dans leurs pays : “Le commerce de détail a été frappé par cette crise d’une manière totalement inédite. Après les premières réouvertures des magasins, nous devons prendre conscience du fait que nos commerçants sont en train de toucher le fond”.

Un besoin urgent de mesures de relance

Cette demande de solidarité à l’Europe des pays Européens s’inscrit dans la lignée d’une actualité favorable. En effet, la Commission Européenne a dévoilé son plan de relance dans les derniers jours devant le Parlement. Organisé autour d’un panachage de prêts et de subventions de 750 milliards d’euros, ce plan devrait permettre à l’économie du bloc de se remettre de l’épidémie de coronavirus qui a ébranlé les 27 États membres.

Dans leur lettre, les distributeurs européens demandent à l’Union Européenne d’intégrer dans ce plan, “des aides publiques, avec un effet de levier, pour stimuler la consommation privée”. Pour faire face à la perte d’activité, estimée en France entre 50 et 60 milliards d’euros en 2020, les trois associations appellent donc à une mobilisation de solidarité de l’Union ainsi qu’une aide financière pour parvenir à éviter “une dislocation non seulement économique, mais aussi sociale”.

Keep Exploring
Michel-Edouard Leclerc
Produits non-essentiels : “C’est le bordel”, dénonce Michel-Edouard Leclerc