clé de bricolage

Bricorama annonce la fermeture de treize magasins

Alors que l’enseigne était reprise il y a deux ans et demi par le groupement de distributeurs indépendants “Les Mousquetaires” (Bricomarché, Brico Cash), Bricorama annonce la fermeture de treize de ses magasins, considérés par le groupe comme non-éligibles au passage à un modèle de gestion par des chefs d’entreprise indépendants.

Un désir de gestion indépendante

Racheté en 2018 par le groupement de distributeurs indépendants “Les Mousquetaires”, Bricorama s’était alors vendu pour 385 millions d’euros. Via l’ITM Equipement de la maison, le groupe prévoyait un plan d’action pour passer à un modèle indépendant. Comme annoncé le 26 juin 2020 dans un communiqué, l’enseigne française spécialisée dans le bricolage Bricorama envisage de fermer treize de ses magasins qui se trouvent non-éligibles au passage à un modèle de gestion autosuffisant. D’après le pôle Equipement de la maison du Groupement Les Mousquetaires, ces points de ventes ne pourraient plus assurer leur pérennité et n’ont aucune possibilité de cession exploitable à ce jour.

Le pôle Equipement de la Maison des Mousquetaires a précisé que cette reprise de deux ans et demi a été nécessaire pour analyser la situation de chaque magasin et en venir à cette décision.  Une cinquantaine de magasins devront poursuivre les cessions d’ici la fin de l’année. La fermeture de ces magasins n’est donc a priori pas due au contexte économique provoqué par la crise sanitaire du Covid-19. D’après le magazine LSA, la question de l’intégration de ces magasins gérés en succursales avait déjà été posée en 2018. Ces treize enseignes n’étaient en outre pas éligibles aux conditions indispensables à un bon fonctionnement dans le commerce indépendant. 

La fermeture de ces magasins entraîne de lourdes conséquences pour les salariés. La franchise possède, aujourd’hui, 131 magasins dans l’Hexagone. Les treize magasins, concernés par la fermeture, représentent 161 emplois sur un total de 2 000 salariés pour l’enseigne. ITM Equipement de la Maison a annoncé que la Direction et les représentants du personnel vont engager une concertation pour examiner les différentes implications de ce projet et les possibles dispositifs d’accompagnement qui peuvent être mis en place, mais aussi que des actions seront menées afin de proposer des solutions de repositionnement. Thierry Coulomb, président de ITM Equipement de la maison, avait annoncé en janvier 2018 au moment de la reprise de Bricorama que l’opération serait rentabilisée à “moyen terme”.

Un contexte économique encore incertain

Chaque point de vente est dirigé par un chef d’entreprise propriétaire et exploitant, les enseignes formant désormais un réseau d’indépendants. Le point de vente ou l’ensemble des points de vente doit assurer son autosuffisance. Les autres points de ventes poursuivront leur cession jusqu’à fin 2020, comme l’a indiqué le président d’ITM Equipement de la maison, Thierry Coulomb. Pour l’instant, sur une centaine de Bricorama, 40 ont déjà été cédés à des adhérents. Jusqu’à la fin de l’année 2020, le président espère voir 60 à 70 cessions supplémentaires, afin qu’il ne reste qu’une trentaine d’unités à reprendre dans les prochaines années.

Malgré une importante baisse du chiffre d’affaire pendant la période de confinement, les trois enseignes se positionnent sur un marché en progression. Pour 2024, l’objectif du Groupement serait d’avoir un réseau d’une soixantaine de franchisés, contre 40 à l’heure actuelle.Alors que le déconfinement à l’arrivée du printemps laissait présager de bons jours pour le secteur du bricolage, les effets néfastes de la crise sur l’économie des Français en ont décidé autrement. Tout d’abord, la reprise s’est avérée plus compliquée que prévue pour les grands magasins, habitués à recevoir des milliers de clients par jour, pas toujours optimisés pour respecter les règles sanitaires imposées par le gouvernement. Ce fut le cas d’Ikea et Conforama qui ont repoussé leurs réouvertures expliquant aux internautes avoir besoin d’un peu plus de temps pour les accueillir dans les meilleures conditions. Le secteur a donc bien été impacté par le confinement, malgré l’aide que le gouvernement a décidé d’apporter en garantissant un prêt aux entreprises allant jusqu’à 300 milliards d’euros.

Keep Exploring
jacques creyssel
Jacques Creyssel (FCD) : « Il faut changer de perspective, réfléchir « de la fourchette à la fourche » »