Entrepôt

E-Commerce : ces robots qui aident à gérer nos commandes

La robotisation était déjà courante dans le secteur de la grande distribution avant la crise, mais la pandémie a joué un rôle de catalyseur dans cette transformation qui fait la part belle au e-commerce. Nous sommes beaucoup à commander en ligne pour éviter tout contact susceptible de nous exposer au coronavirus, mais connaît-on vraiment les rouages qui permettent au produit d’arriver à bon port ?

Le tournant du e-commerce après la crise

Nombre de marques ont entrepris durant la crise d’intensifier leur présence digitale pour satisfaire une clientèle méfiante et relancer les ventes. Nike a par exemple ouvert sur les Champs Elysées sa House of Innovation, boutique dotée d’un équipement high-tech dernier cri qui permet au consommateur de limiter son temps en magasin et ses contacts avec le personnel.

Dans le secteur de la grande distribution, il en va de même : le directeur du numéro 1 français, Michel-Edouard Leclerc, se félicitait d’avoir accompagné les clients durant la crise grâce à l’accent mis sur le format drive, qui a connu depuis le mois de mars une augmentation de ses ventes allant jusqu’à 80% dans certaines régions. Globalement, le drive et la livraison à domicile représenteraient aujourd’hui près de 8% du marché de la grande consommation.

La tendance est donc au e-commerce : E. Leclerc entend bien mettre en place d’ici la fin de l’année un site concurrençant Amazon en France et Monoprix fait tout pour que son offre online soit plus visible et concurrentielle. Il s’agirait à termes de reproduire des schémas déjà existants dans certains pays d’Asie du Sud-Est comme la Corée, où le commerce en ligne représente 20% du marché alimentaire.

Comment ça marche ?

Amazon revient plus fort que jamais après la crise : les ventes (en particulier celles de produits d’épicerie) sont en croissance et il se pourrait bien que le géant du e-commerce parvienne à installer de nouveaux entrepôts dans les espaces vacants des centres commerciaux en déperdition. La question reste entière cependant : que se passe-t-il dans ces locaux fermés au public ?

TF1 a mené l’enquête dans le plus gros entrepôt dédié aux produits alimentaires en France, situé à Fleury Mérogis, en banlieue parisienne. Tout y est orchestré de la manière la plus efficace qui soit : des robots analysent les commandes et font parvenir aux employés les produits demandés.  Ils leur épargnent ainsi de déambuler dans un labyrinthe de rayons. En zone de préparation, la main d’œuvre est assistée par d’autres robots non mobiles qui indiquent quels produits vont dans quels sacs. Grâce à l’intervention de ces machines, les déplacements sont limités au strict nécessaire dans un souci de productivité, on pourrait même dire que les produits sont davantage mobiles que les employés ! A ce rythme frénétique, ce sont plus de 15 000 commandes par jour qui sont confectionnées dans ce lieu, un chiffre qui va sans doute encore évoluer à la hausse.

La course à l’innovation se poursuit dans la grande distribution, mais les difficultés du secteur logistique pendant la crise sanitaire ont poussé les entreprises à réinterroger le fonctionnement de leurs entrepôts, et pousse à engager de nouveaux investissements et de nouvelles recherches pour rapprocher le produit du client tout en évitant des effets néfastes pour l’environnement et pour l’emploi. C’est aussi l’enjeu des prochaines années pour le secteur du retail.

Keep Exploring
e-commerce 2
E-commerce : Système U veut développer son offre en Ile de France