M&S

Marks and Spencer touché de plein fouet par la crise

Après Camaïeu, l’enseigne Marks and Spencer taille dans ses effectifs, touchée de plein fouet par la crise sanitaire et économique. La baisse de la fréquentation dans ses magasins a eu raison du groupe britannique de prêt-à-porter et de produits alimentaires qui annonce supprimer près de 7 000 postes. 

Marks and Spencer en mauvaise posture

Près de 7 000 employés du groupe Marks and Spencer sont sur la sellette. L’enseigne britannique de prêt-à-porter et de produits alimentaires l’a annoncé ce mardi. Tout comme l’enseigne de vêtements féminins Camaïeu, mise à rude épreuve par la crise, le groupe britannique n’a pas su se relever après la baisse notable de la fréquentation dans ses magasins. Le groupe accuse une baisse d’activité de 10% des ventes entre début juin et début août. Avec un recul du chiffre d’affaires de 29,9% sur la période, Marks & Spencer a été durement affecté par les mesures de distanciation physique dans ses magasins de centre-ville ou dans les centres commerciaux. 

L’impact de la pandémie et du confinement, ont donné le coup de grâce à Marks and Spencer. N’étant pas considérée comme un commerce essentiel, l’enseigne a dû faire profil bas pendant près de trois mois. Même si le e-commerce a su tirer son épingle du jeu au plus haut de la crise, le secteur de l’habillement à quant à lui connu des fluctuations plus houleuses. Les ventes d’habillement en ligne ont baissé tandis que celles des courses alimentaires ont connu de belles envolées. 

Le groupe souhaite développer sa stratégie digitale

Avec plus de 80 000 personnes à leur service dans le monde, le groupe Marks and Spencer va procéder à des réductions d’effectifs sur la base du volontariat ou par des départs anticipés à la retraite. Pour rappel, le groupe avait déjà envisagé de tailler dans ses effectifs fin juillet : 950 emplois de dirigeants et des postes administratifs étaient alors concernés. Depuis, le groupe, en grande difficulté, a revu ses estimations à la hausse. 

Mais pour répondre aux nouvelles exigences du monde d’après crise, le groupe souhaite valoriser ses activités en ligne et surfer sur la vague du e-commerce, en plein essor. En partenariat avec le distributeur alimentaire en ligne Ocado à partir de septembre, Marks and Spencer mise sur la vente en ligne de produits alimentaires pour remonter la pente. 

Dans un contexte aussi flou que représente la crise actuelle, l’avenir de l’enseigne dépendra très certainement de l’attrait du groupe aux yeux des consommateurs, grâce à un positionnement de communication modernisé, et de son évolution vers le e-commerce. 

Keep Exploring
Grande distribution : un peu de patience pour l’enseigne russe Mere en France