masque

Les ventes de masques dans la grande distribution ont atteint 300 millions d’euros depuis le déconfinement

Alors que l’épidémie de Covid19 semble reprendre de la vigueur en France et que le port du masque est devenu obligatoire partout à Paris à partir du 28 août au matin, Nielsen France indique que les Français ont dépensé 300 millions d’euros pour l’achat de masques dans les grandes surfaces du pays. Une preuve de l’engouement gigantesque pour ce nouvel objet indispensable à notre vie quotidienne depuis le début de la crise sanitaire. Un objet désormais très présent, mais qui n’a pas toujours été disponible autant que les Français le souhaitaient, en particulier au début de la crise, et dont l’attrait varie fortement selon les messages du gouvernement et l’entrée en vigueur de nouvelles mesures.

Des chiffres de ventes importants

D’après les chiffres de Nielsen France, depuis le 4 mai dernier, les Français ont dépensé 300 millions d’euros dans les grandes surfaces pour acheter des masques. Ce chiffre important a néanmoins connu plusieurs évolutions, avec un premier pic juste avant et immédiatement après le déconfinement, où le chiffre d’affaires des ventes de masques a atteint près de 80 millions d’euros en deux semaines seulement, puis un nouveau mouvement ors de l’annonce du port du masque obligatoire dans les lieux publics clos à la mi-juillet. Depuis la tendance était revenue à la baisse.

La pénurie de masques avait provoqué la polémique durant les premières semaines de l’épidémie au printemps, face à la perception d’un manque de prévoyance de la part du Gouvernement et des inquiétudes très fortes des Français pour leur santé et celles de leur proche. Les acteurs de la grande distribution s’étaient alors particulièrement mobilisés et montrés solidaires en participant à des opérations de dons et de distribution de masques. Depuis, la pression semble être largement retombée.

Quelles évolutions pour les prochaines semaines ?

Les inquiétudes sur la reprise de l’épidémie et le déploiement de nouvelles obligations gouvernementales et de nouvelles mesures de protection sanitaire dans les prochaines semaines vont certainement encore renforcer la tendance à la hausse des ventes de masques.

Le débat sur la gratuité des masques à l’approche de la rentrée scolaire a également rebondi, alors que le port du masque est obligatoire dès l’âge de onze ans et pour tous les adultes dans les écoles, collèges et lycées. La question du prix des masques n’est d’ailleurs pas nouvelle, car leur rareté avait logiquement entraîné des abus dans les prix pratiqués par certains acteurs. La grande distribution avait elle très tôt indiqué qu’elle limiterait le coût pour les Français au maximum, et ceux-ci ne s’y sont pas trompés, en achetant très majoritairement leurs masques dans les magasins du secteur.

Keep Exploring
E-commerce
Le e-commerce, le secteur qui n’a pas connu la crise pendant le confinement