magasin Leader Price

Rachat de Leader Price par Aldi : la décision de l’ADLC sera connue d’ici mi-novembre

L’autorité de la concurrence (ADLC) a publié sur son site internet, le lundi 5 octobre, de nouveaux éléments concernant le rachat des magasins Leader Price (groupe Casino) par le distributeur allemand Aldi. La décision concernant l’opération, portant, pour rappel, sur 556 magasins Leader Price, 3 entrepôts intégrés, ainsi que 61 biens immobiliers, devrait être communiquée sous 25 jours ouvrés.

En juin dernier, l’Autorité de la concurrence française avait été saisie par la Commission européenne afin d’examiner plus en avant les conditions de rachat des magasins de l’enseigne de discount Leader Price, propriété du groupe Casino, par le distributeur allemand Aldi. Si la renvoi du dossier à l’ADLC n’était pas forcément automatique, du fait de la nature européenne de cette opération, et aurait dû naturellement être traitée par la Commission européenne, les différentes parties engagées dans l’opération ont demandé à ce que le dossier soit examiné par l’autorité de la concurrence française. Dans un communiqué de presse mis en ligne sur le site de l’ADLC, en date du 9 juin 2020, l’Autorité explique notamment que son examen portera notamment sur “les impacts de l’opération tant en amont, sur les fournisseurs, qu’en aval, dans chaque zone de chalandise”.

Le rachat de Leader Price par Aldi pourrait être finalisé d’ici à mi-novembre

Les éléments publiés le lundi 5 octobre par l’ADLC indiquent que le dossier est actuellement en phase 1, pour reprendre la typologie des différentes séquences d’examen prévues par l’Autorité. Dans le cadre de son processus de contrôle des concentrations, et si l’opération en question ne s’avère pas poser de difficultés en matière de concurrence, alors l’Autorité peut autoriser (avec ou sans conditions), d’ici à 25 jours, la finalisation de l’opération. A contrario, si à l’issue de cette première phase d’examen, tous les doutes n’ont pas été levés quant à l’impact d’une opération sur la concurrence, alors le dossier passe en phase 2, nécessitant dès lors 65 jours ouvrés supplémentaires.

Dans la meilleure des hypothèses pour le groupe Casino et Aldi, l’opération de rachat de Leader Price par Aldi pourrait donc être validée dès mi-novembre par l’Autorité de la concurrence française.

Une cession stratégique pour le groupe Casino, engagé dans une démarche de transformation

D’un point de vue stratégique, cette opération revêt une importance majeure pour le groupe Casino, présidé par Jean-Charles Naouri. En effet,  considère que les géants du discount que sont ALDI ou LIDL disposent de centrales d’achats de taille mondiale qui grèvent la compétitivité d’un acteur de taille nationale ou locale. A ce titre la cession des magasins Leader Price à Aldi est un win-win pour les deux enseignes. Aldi va atteindre une taille critique sur le marché Français pour challenger LIDL et LECLERC. De plus, la vente de Leader Price participe au désendettement du Groupe. En effet, le groupe Casino est engagé depuis 18 mois maintenant dans une stratégie d’apurement de la dette et de restructuration d’une partie de ses activités, que ce soit dans le périmètre français ou à l’international, et tout particulièrement du côté de l’Amérique latine. La cession de la quasi-totalité de son réseau de magasins de discount alimentaire, avec toutefois un maintien de la MDD dans le giron du distributeur stéphanois, devrait permettre au groupe de Jean-Charles Naouri de récupérer entre 500 et 700 millions d’euros. Outre la cession de son réseau de discount alimentaire, peu en phase avec le discours du groupe depuis plusieurs années maintenant ciblant en priorité les actifs urbains, de préférence métropolitains, la proximité et la digitalisation de l’ensemble de ses activités (de la création de magasins autonomes jusqu’à la création d’entrepôts pilotés par des dispositifs d’intelligence artificielle), le groupe Casino dans le cadre de ce plan de cessions s’est également séparé de plusieurs hypermarchés de son enseigne Géant. En tout, cette stratégie de cession, en incluant la cession de Leader Price à Aldi, s’élève à 2,5 milliards d’euros.

Avec le rachat de Leader Price, Aldi fait à nouveau jeu égal avec Lidl

Quant au distributeur allemand, spécialisé dans le discount alimentaire, cette opération, comme il l’exprimait dans un communiqué de presse de mars 2020, doit lui permettre de “renforcer sa présence sur le marché français”. Disposant, à ce stade, d’une flotte de 868 magasins en France l’ajout des 556 unités des futurs ex Leader Price, doit permettre à l’allemand tout à la fois de combler son gap face à son concurrent Lidl, et d’arriver à faire, quasiment, jeu égal avec ce dernier. Lidl dispose, en effet, dans l’hexagone de 1500 enseignes, et l’opération Leader Price amènerait ainsi Aldi à 1 424 unités.

Cette première phase de recomposition du paysage de la distribution en France, avec l’émergence d’un pôle concurrentiel puissant parmi les défenseurs des prix bas sera particulièrement intéressant à suivre !

Keep Exploring
Manette
Le prix de la future PS5 divulgué à l’avance par erreur par Carrefour ?