Noël arrive déjà dans les étals de la grande distribution

Les Français espèrent pouvoir partager dans les prochains mois un moment en famille sans avoir à se préoccuper d’un couvre-feu ou d’une quelconque autre restriction due à la crise sanitaire. Il en va de même pour les commerçants qui misent beaucoup sur cette période pour recoller les pots cassés.

En septembre déjà les guirlandes et les jouets prennent d’assaut les rayons des supermarchés ! Les fêtes jouent un rôle clé dans le déroulé du calendrier commercial des grands distributeurs qui ont décidé de mettre les bouchées double cette année pour pallier les pertes engendrées par la crise sanitaire, en témoigne notamment la publication de catalogues et la mise en vente anticipée de produits spécialement dédiés à Noël (dont la Playstation 5 dont la date de sortie avait fuité il y a quelques mois)

Un démarrage sur les chapeaux de roues

Action a même pris l’initiative de réserver des pans entiers de ses installations pour l’occasion dès le mois d’août, un choix assumé par la direction qui affirme qu’il n’y a là rien d’inhabituel pour l’enseigne.

Les spécialistes s’accordent en effet à dire qu’il n’y a pas motif à étonnement et que l’impact de la Covid sur le calendrier des grands distributeurs est surévalué par les consommateurs. Le fait que Carrefour ait par exemple publié son catalogue destiné aux enfants deux semaines plus tôt qu’à son habitude a certainement été décidé en début d’année selon le spécialiste de la grande distribution Olivier Dauvers.

Le calendrier perturbé par la crise sanitaire ?

Il n’empêche que la crise a des effets directement observables sur la tournure que prennent les événements. On remarque d’abord que les produits liés traditionnellement à Halloween et qui priment normalement dans les rayons fin octobre sont déjà éclipsés par Noël.

De plus, les grandes enseignes cherchent également à se prémunir d’un reconfinement et de potentielles ruptures de stock : GIFI a dans cette optique décidé d’installer les décorations de Noël un peu plus tôt pour éviter les retards de livraison. D’autres acteurs encore pressent la cadence et cherchent à obtenir des rentrées d’argent rapidement : c’est notamment le cas des chocolatiers, dont les ventes de Pâques ont chuté de 27% cette année.

Covid ou pas, les distributeurs se lancent comme chaque année dans une course effrénée et c’est pour l’instant Carrefour qui est en tête de peloton avec certains jouets déjà en rupture de stock.

Keep Exploring
Tabac presse
Les buralistes s’engagent dans la transformation de leur métier