Lièvre

Des lièvres et faisans non plumés et non vidés vendus sous vide dans un magasin Leclerc

Le 31 octobre, le choix du magasin Leclerc de Morières-lès-Avignon dans le Vaucluse de vendre du gibier non vidé ni plumé et présenté sous vide a provoqué une telle polémique sur les réseaux sociaux que l’enseigne a dû présenter ses excuses et retirer les animaux de la vente.

Partagées par des centaines d’utilisateurs, journalistes et associations influentes, les photos des animaux sous vide ont suscité des milliers de réactions d’internautes. Si certains ont certainement été choqués à la vue de ces photos, beaucoup d’entre eux se sont irrités de ce qu’ils estimaient être de l’hypocrisie.

Des images dérangeantes pour beaucoup

C’est en premier lieu la prise de parole d’une utilisatrice de Twitter qui a provoqué l’indignation de centaines d’internautes, dont celle la Fondation 30 Millions d’Amis ou encore la Fondation Brigitte Bardot, qui ont repris l’information et lui ont donné une visibilité accrue.

Ces photos ont traversé les réseaux sociaux et les médias, agitant diverses sphères militantes notamment de la défense des animaux, ces photos ayant aussi été reprises par l’influenceur Hugo Clément. Si voir les animaux présentés ainsi a suscité l’indignation de beaucoup, leur provenance et leur emballage ont également dérangé. Tout comme la polémique autour de la poire d’Argentine dans la Drôme, voir du gibier de Belgique vendu dans le Vaucluse a été qualifié d’incompréhensible par des médias comme l’influent Mr Mondialisation.

Des réactions sur les habitudes de consommation

Pour sa part, Leclerc n’en est pas à sa première polémique sur ces sujets : entre requin-renard et magret de canard venant de Bulgarie, l’enseigne s’est empressée de présenter ses excuses et de retirer les animaux de la vente.

Sur les réseaux sociaux, des utilisateurs ont pour leur par estimé que cette présentation « crue » pouvait avoir un effet bénéfique en permettant de confronter les clients à la réalité crue derrière chaque morceau de viande prédécoupés. D’autres ont pointé du doigt le manque d’émotion face aux poissons étalés en poissonnerie. Une vague d’indignation qui a donc été désignée comme hypocrite par une partie des utilisateurs et leur a suscité un sentiment d’absurde faisant écho avec les obligations pour la grande distribution de fermer certains de ses rayons non essentiels, décision du gouvernement largement critiquée par les enseignes du secteur.

Keep Exploring
Supermarché
Les employés de la grande distribution ne se sont pas dérobés face à la crise sanitaire