Téléphone

E-commerce : une étude confirme la hausse durant le reconfinement

Le premier confinement et la situation sanitaire ont amené les Français à reconsidérer la place qu’a le e-commerce dans nos habitudes de consommation, et ces derniers mois tendent à le confirmer.

Outre Amazon, de nouvelles plateformes françaises gagnent en ampleur si l’on en croît l’étude menée par la fintech PayLead, qui dresse un bilan plus mitigé pour les magasins physiques.

Un succès qui ne date pas d’hier

Le premier confinement avait déjà été l’occasion pour les acteurs du e-commerce de gonfler leurs recettes. Malgré quelques démêlés avec la justice française et des rumeurs d’espionnage, Amazon affichait des résultats trimestriels en nette hausse. Cette croissance avait été portée par la division Cloud, dont le chiffre d’affaire s’élevait à 10,81 milliards de dollars, et par la vente de produits d’épicerie, pour laquelle le géant américain avait augmenté sa capacité de livraison de 160%.

De nouveaux acteurs ont également fait une entrée en fanfare sur le marché français, à l’image de Cdiscount, filiale du groupe Casino, qui a été élu site de e-commerce préféré des consommateurs français face à la FNAC et Amazon. La plateforme accueille chaque mois 20 millions de visiteurs et se démarque grâce à ses initiatives sociales (par exemple la vente en ligne de livres pour soutenir les librairies qui souffrent de la crise sanitaire).

Quel bilan pour le mois de Novembre ?

La fintech PayLead, spécialisée dans l’analyse de données bancaires, a mené l’enquête et a comparé les dépenses faites en carte bleue et en espèces entre les trois premières semaines de septembre et les trois premières semaines de novembre. Le verdict est sans appel : Amazon est toujours en tête de peloton avec une hausse de son chiffre d’affaire de 67% mais d’autres plateformes sont également parvenues à tirer leur épingle du jeu comme Cdiscount, La Redoute et Vente Privée qui enregistrent respectivement une augmentation de 54%, 49% et 58%. Le paysage du e-commerce se francise ainsi de plus en plus et ne profite pas uniquement aux poids lourds américains.

Le gouvernement tente toutefois de mettre en oeuvre des mesures qui garantissent aux commerces une reprise dans des conditions favorables : ouverture le dimanche, report d’une semaine des promotions du Black Friday par les grandes surfaces et les e-commerçants notamment. Certains secteurs s’en sortent mieux que d’autres, comme la beauté ou la restauration qui affichent des indices PayLead Pulse à 65,2% et 57,8%. Le prêt-à-porter (31,5%), qui était déjà dans une situation précaire depuis plus d’une dizaine d’années, enregistre un nouveau ralentissement. Les prochaines semaines et la stabilisation du nombre de cas de Covid19 dans les derniers jours avant les fêtes de fin d’année pourraient encore renforcer cette tendance.

Keep Exploring
Bruno Le Maire
Le Gouvernement prend la défense de la grande distribution sur la vente des masques