Electro Dépôt

Électroménager et multimédia : Electro Dépôt fait évoluer sa stratégie marketing

Seize ans après sa création, l’enseigne d’électroménager et multimédia low cost Electro Dépôt change de cap dans sa stratégie marketing. Elle a décidé de réduire drastiquement son nombre de catalogues et de s’orienter davantage sur le digital.

Comme la plupart des entreprises contraintes de faire évoluer leur stratégie marketing dans ce contexte de crise sanitaire, Electro Dépôt va repenser son mix media. Ainsi, l’enseigne d’électroménager et multimédia née en 2004 va réduire drastiquement son nombre de catalogues. « Nous avions habituellement 10 catalogues et en 2021 nous nous positionnerons sur 4 temps forts en prospectus », a annoncé Nicolas Martinez, directeur de la marque depuis le mois de février. Selon lui, cette décision s’imposait puisque l’enseigne mise sur le low cost et ne propose donc pas de promotions.

Une présence sur Waze depuis le 30 octobre

Aussi, Electro Dépôt va opérer sa transformation digitale en pariant sur des médias plus jeunes. La jeune pousse a commencé en octobre avec Waze, l’application mobile qui optimise les trajets des automobilistes. Elle a enregistré 2,2 millions de conducteurs ayant vu son affichage et une hausse de 32 % de son trafic. « Nous avons débuté sur Waze le 30 octobre pour répondre au contexte sanitaire et informer nos clients de nos drives toujours ouverts à certaines catégories de produits. Nous avons prévu de poursuivre cette communication tout au long de l’année 2021 », a confié le directeur de la marque.

Une présence renforcée sur les réseaux sociaux

En outre, Electro Dépôt entend travailler sa présence sur YouTube, les réseaux sociaux et auprès des influenceurs, à qui elle a notamment demandé de valoriser la nouvelle version de son enceinte Endenwood Octave. Bien sûr, l’enseigne va travailler plus sur Facebook et Instagram, un réseau sur lequel elle compte plus de 20 000 abonnés. Nicolas Martinez est convaincu que ce nouveau mix sera pertinent pour capter de nouveaux clients parmi les plus jeunes. Cette transformation digitale s’opère à budget constant, précise le directeur de l’enseigne.

Keep Exploring
W. Koeberlé
William Koeberlé, CDCF : “des fermetures de boutiques sont à craindre si la confiance ne revient pas”