Boutiques à paris

Commerce spécialisé : baisse de 3,5% de l’activité en janvier

D’après la fédération Procos, l’activité du commerce spécialisé a reculé en France de 3,5% en janvier 2021. Toutes les branches sont tombées dans le rouge, à l’exception de l’équipement de la maison qui s’en sort mieux avec un mois à + 8 %.

Procos avait prévenu en début d’année que le mois de janvier serait compliqué pour les commerces spécialisées en raison des restrictions sanitaires et du report des soldes, qui ont débuté le 20 janvier. La fédération confirme cette crainte en révélant des chiffres décevants pour le secteur. En effet, le premier mois de 2021 s’est terminé avec un recul d’activités, toutes branches confondues, de – 3,5 % selon l’indice de Procos. Parmi les plus fortes baisses se trouvent l’équipement de la personne (- 17 %), la beauté-santé (-15 %) et le sport (- 12 %). Seul l’équipement de la maison a tiré son épingle du jeu avec une hausse de 8 %.

Une baisse de fréquentation de 53 % en moyenne

La fédération explique cette situation par la décision du gouvernement de fermer toutes les activités dans les centres commerciaux de plus de 20 000 m², sauf les acteurs de la grande distribution alimentaire. À cela, il faut ajouter le report des soldes au 20 janvier. Ces mesures ont durement impacté les commerces spécialisés, qui ont enregistré une baisse de fréquentation de 53 % en moyenne. Pour certains grands centres commerciaux la chute fut plus vertigineuse, avec un recul de 93 %.

Une mauvaise année 2020

Face à ces chiffres, Procos craint qu’en cas de fermeture plus longue, les commerces soufrent davantage puisqu’il n’y a pas de report d’activité. Le secteur pourrait donc connaître un très mauvais premier trimestre alors que l’année 2020 a été fortement négative. Elle a enregistré un chiffre d’affaires en baisse de 18% par rapport à 2019. Dans ce contexte, Procos demande au gouvernement de finaliser rapidement les aides massives aux points de vente fermés, en attendant leur réouverture.

Keep Exploring
prix sur des légumes
Après la crise, la guerre des prix va-t-elle reprendre entre les enseignes ?