Oeufs

Produits alimentaires : légère baisse du prix d’achat par la grande distribution

Le prix d’achat des produits alimentaires par la grande distribution a enregistré une légère baisse de – 0,3% sur un an, à l’issue des négociations annuelles. Ce recul concerne toutes les catégories de produits, à l’exception des produits frais laitiers et des œufs qui ont connu une hausse de + 0,5%.

Alors que les demandes de hausses de tarifs de la part des fournisseurs étaient de 3%, les prix d’achat des produits alimentaires par la grande distribution reculent de 0,3% sur un an, à l’issue des négociations annuelles. Closes depuis le 1er mars, ces négociations fixent les prix dans les supermarchés des produits des marques dites « nationales » et la rémunération de tous les maillons de la chaîne alimentaire. Selon un communiqué du médiateur des relations commerciales agricoles, Francis Amand, la légère déflation des tarifs concerne toutes les catégories de produits à l’exception des produits frais laitiers et des œufs. Ceux-ci enregistrent à nouveau une hausse de leurs prix d’achat en 2021, à hauteur de +0,5%.

Les produits sous MDD et les produits livrés en vrac pas concernés

Tous ces chiffres s’appuient sur des prix « nets », c’est-à-dire après déduction des remises et services, toutes catégories de produits confondues. Ils s’obtiennent à partir d’éléments fournis par les distributeurs et les fournisseurs des rayons épicerie salée, épicerie sucrée, produits frais laitiers et œufs, produits frais non laitiers, surgelés et boissons. Francis Amand précise toutefois qu’il faut les relativiser car ils ne couvrent pas les produits sous marque de distributeurs (MDD), les viandes et les produits livrés en vrac.

41 négociations ont été nécessaires

Cette année, les négociations ont été particulièrement âpres à cause des conséquences désastreuses de la crise sanitaire et économique et de la flambée des cours des céréales. Il a fallu 41 négociations sous l’égide du médiateur contre seulement 6 l’année dernière. Le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a pesé de tout son poids pour obtenir une hausse des prix d’achat des produits à forte composante agricole, comme les pâtes et les œufs.

Keep Exploring
Andorre
Andorre aura bientôt son premier hypermarché Carrefour