Etal de fruits et légumes

La Fée maraîchère fournit des confitures à partir de fruits invendus

En Moselle, l’entreprise la Fée maraîchère lutte contre le gaspillage alimentaire à sa façon. Elle collecte les invendus de fruits et légumes des enseignes de la grande distribution pour les transformer en confitures artisanales et les revendre chez ces mêmes commerçants.

Depuis quelques semaines, une petite entreprise du nom de la Fée maraîchère donne une nouvelle impulsion à la lutte anti-gaspi en Moselle. Elle transforme en confitures artisanales, des invendus de fruits et légumes qu’elle collecte auprès de la grande distribution. « Je récupère des fruits qui sont moches, hors gabarit, mais qui sont toujours consommables et excellents et je les transforme en confitures » explique Florence Duchaux, qui a créé la Fée maraîchère en décembre 2019. Fille d’agriculteur, elle a très tôt compris qu’on pouvait créer des recettes avec les fruits destinés à la poubelle, où finissent 20% des produits encore consommables en France. Ces recettes, elle les a reçues de sa grand-mère qui les composait quand elle était petite. « Je n’ai rien inventé, j’ai simplement suivi mon histoire, et cela m’a apporté cette réflexion », confie-t-elle.

Un partenariat signé avec trois supermarchés

Cette ex employée de Décathlon et Célio a très vite convaincu les chefs et directeurs de magasins, qui lui laissent volontiers leurs invendus de fruits et légumes. Il s’agit notamment de fraises, de kiwis, d’ananas, de mangue, de carotte, d’agrumes, de courgettes ou encore de poivron. Grâce à des partenariats, la Fée maraîchère vend actuellement ses confitures dans les supermarchés Super U de Talange et Briey et Auchan de Semécourt. L’entreprise livre aussi ses recettes aux épiceries comme Le Temps d’une pause à Mondelange, ou encore le brasseur, Les 200 Brasses, toujours à Hagondange.

10 tonnes de fruits et légumes à sauver cette année

La Fée maraîchère récolte 200 kg de fruits par semaine, ce qui lui permet de composer 350 pots de confiture. Un pot de 300 grammes coûte environ 3 euros. En 2021, l’entreprise souhaite sauver 10 tonnes de fruits et légumes. Pour contribuer davantage à l’économie locale et circulaire, elle récupère également les épluchures et les donne à un agriculteur pour faire du compost ou nourrir le bétail.

Keep Exploring
clientes faisant des achats de Noël
Affluence importante dans les commerces qui ont pu rouvrir ce week-end