Substances toxiques : plusieurs glaces rappelées dans la grande distribution

En début de semaine, plusieurs produits vendus dans la grande distribution ont été rappelés en raison de la présence potentielle de substances toxiques. Il s’agit précisément de l’oxyde d’éthylène, un agent cancérigène reconnu, mais parfois encore présent dans les produits agroalimentaires.

Alors que la plupart des Français se ruent sur ces délices de l’été, la DGCCRF (direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes) invite les enseignes de la grande distribution à rappeler plus d’une soixantaine de marques de glaces. La raison : une présence potentielle d’oxyde d’éthylène au-delà de la limite autorisée par l’Union européenne. Ce pesticide provoquerait des anomalies génétiques, en plus d’être reconnu comme un agent cancérogène et toxique pour la reproduction. Dans l’agroalimentaire, il est utilisé pour stériliser des substances et les préserver contre les dommages causés par des procédés de conservation des aliments par chauffage, comme la pasteurisation.

Quelques produits concernés

Parmi les glaces concernées, figurent les sorbets citron vert et vanille 5L Métro chef, les sorbets de la marque Glaces des Alpes, les bâtonnets géants au chocolat blanc par lot de 6 Simpl, ceux au chocolat au lait et amandes ou encore les mini bâtonnets Almond-Black-White chocolat et vanille de Carrefour. Ce même distributeur doit aussi rappeler un bac d’un litre de glace coco avec morceaux de coco râpée de Carrefour Extra, ainsi que la crème glacée vanille macadamia sauce saveur caramel de Carrefour Sensation.

Des rappels débutés depuis plus de dix mois

Ce rappel massif ne concerne pas que les glaces : on retrouve également dans la liste d’autres produits tels que les biscuits, le couscous et les pâtes. En tout, plus de 7 000 références correspondant à des centaines de produits. Pour l’instant, aucune intoxication n’a été signalée. Notons que les retraits des produits contenants de l’oxyde d’éthylène ont débuté en septembre 2020, après qu’un opérateur italien a lancé une alerte sur des graines de sésame importées d’Inde.

Keep Exploring
Conseil d'Etat à Paris
Le Conseil d’Etat rejette le recours contre le rachat de Vindémia par GBH à La Réunion