Chariot de course à jeton : la fin inévitable d’une innovation

Les clients sont rois

Autrefois considérés comme une innovation indispensable pour leur business, les chariots de course à jeton ne font plus aujourd’hui le bonheur des distributeurs. Plusieurs parmi eux ont décidé de supprimer ces systèmes qu’il faut nourrir de pièces pour pouvoir s’en servir et qu’il faut impérativement ramener à leur place. Une contrainte de trop qui ne passe plus auprès des clients. 

Carrefour a retiré ces dispositifs dans 200 de ses hypermarchés pour satisfaire les exigences des consommateurs. Ces derniers auraient de moins en moins de monnaie sur eux pour alimenter les machines. Aussi, préfèrent-ils se tourner vers les paiements par carte ou sans contact depuis le début de la pandémie. Le groupe Casino s’est également débarrassé de ses chariots de course à jeton, notamment chez son enseigne Franprix. Quant à Auchan, il retourne aux porteurs traditionnels sans monnayeur. Il en a récemment commandé 35 000.

Une surveillance électronique moins contraignante 

Le système à jetons avait pour but de limiter les vols de chariots, qui coûtent chers aux enseignes. En effet, une machine vaut 130 euros et il en faut en moyenne 2000 par magasins. C’est donc un gros investissement qu’il ne fallait pas perdre, et on ne peut pas toujours compter sur la bonne foi ou le civisme des consommateurs. Malheureusement, le dispositif n’a pas permis de mettre fin aux vols.

Pour pallier au retrait des chariots de course à jeton, les retailers ont déjà inventé un dispositif de surveillance électronique exploitant une connexion Wifi et des câbles souterrains. Grâce à cette technologie, les distributeurs peuvent bloquer les freins des chariots dès qu’ils franchissent un certain périmètre. 

Keep Exploring
Saint Nectaire
Intermarché soutient les producteurs de muguet et de Saint-Nectaire touchés par la pandémie de Covid-19