Grande distribution : les salariés plus exposés aux TMS

Selon une étude de Santé Publique France publiée le mardi 21 septembre, les salariés de la grande distribution sont plus exposés aux troubles musculo-squelettiques (TMS) que ceux des autres secteurs d’activités. Ces lésions articulaires se situent généralement au niveau des poignets, du coude et de la colonne vertébrale.

Dans une nouvelle étude publiée le mardi 21 septembre, Santé Publique France révèle que les employés de la grande distribution alimentaire (GDA) sont plus exposés aux troubles musculo-squelettiques (TMS) que ceux des autres secteurs d’activités. Selon l’agence, la part de ces employés recensés lors de consultations avec des médecins du travail était de 3,5%, soit environ 17 700 personnes. Sur ce nombre, il y avait 4 122 caissiers/caissières et 4 988 agents de libre-service. 

Les caissières et caissiers plus exposé(e)s

Les TMS évoqués dans l’enquête englobent toutes les pathologies ou symptômes pouvant être causés ou aggravés par le travail. Ils se situent notamment au niveau des poignets, des mains, des coudes, des épaules ou de la colonne vertébrale. Ces différentes lésions sont considérées comme des maladies à caractère professionnel. Mais elles ne font pas partie des maladies professionnelles indemnisées (MPI).

D’après l’étude de Santé Publique France, les caissières/caissiers et les employé(e)s de libre-service sont davantage exposés aux troubles musculo-squelettiques (TMS) que leurs collègues. Et les femmes constituent 63,9% de ces postes précaires. Donc, plus susceptibles de faire face à ces lésions.  

Une souffrance autant physique que psychique

Par ailleurs, Santé Publique France note un taux de prévalence des TMS de 5,8% chez les salariées de la GDA contre 3,4% pour la moyenne des travailleurs des autres secteurs. À l’inverse, le taux de prévalence de la souffrance psychique atteint 2,5% chez les femmes salariées contre 3,0% chez les autres.

Selon les médecins du travail, la réduction de ces lésions articulaires et autres maladies professionnelles passe par l’intégration de la prévention, le plus en amont. Ils préconisent aussi de former les agents aux bonnes pratiques d’utilisation des postes de caisses ergonomiques. Mais également de leur apprendre les bons gestes et postures en manutention manuelle.

Keep Exploring
Magasin Grand Frais
Grande distribution : en Belgique, la concurrence s’installe