Une prochaine hausse des prix des produits alimentaires ?

Le panier de courses pourrait bientôt peser davantage sur le budget des ménages. En cause, une très probable augmentation des prix des produits alimentaires dans les grandes surfaces. Confrontés à la pénurie de matières premières et à la hausse des coûts de production, les industriels souhaitent vendre plus cher aux enseignes. Celles-ci devraient alors relever leurs tarifs pour préserver les marges.

Plusieurs causes à cette situation

Les enseignes de la grande distribution pourraient bientôt acheter les produits plus chers aux industriels. Ceux-ci ont plaidé pour un relèvement des prix de 5 à 10% pour couvrir les hausses de matières premières et des coûts de productions. « Je pense que nous n’avons jamais eu un contexte d’inflation aussi fort sur l’ensemble des coûts en entreprise », a souligné en conférence de presse Dominique Chargé, président de la Coopération agricole, qui regroupe 2 300 entreprises à statut coopératif.

En août dernier, l’Insee a annoncé une inflation globale de 1,9 % sur un an, à cause de l’envolée des prix de l’électricité et du gaz, mais surtout des produits agricoles alimentaires. Ceux-ci subissent de plein fouet les aléas climatiques. D’où une baisse de la production et une explosion parallèle des prix. Aussi, il y a une hausse du coût des emballages (carton, papier, etc.)

Un petit effort de la part des Français ?

Selon la Coopération agricole, une progression des prix de 5 à 10% ne va pas se sentir dans la facture du consommateur. Ce ne sera que « quelques centimes » ou « seulement quelques euros », en plus chaque mois, assure Dominique Chargé. L’Ania, qui défend les intérêts de l’agro-industrie, hors groupes coopératifs, a renchéri sur cet ordre avec « un euro par mois et par Français ».

Mais, le cabinet Asterès estime que le pouvoir d’achat va s’amenuiser de 0,1% pour les familles les plus modestes et 0,05 % pour les plus aisées. S’il faut attendre la fin des négociations sur la loi Egalim 2, le gouvernement prépare déjà les Français à faire un effort financier. « J’appelle les consommateurs qui en ont les moyens à considérer l’acte de consommation comme un acte citoyen », a déclaré le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, qui souhaite protéger la rémunération des agriculteurs.

Keep Exploring
Entrepôt
E-Commerce : ces robots qui aident à gérer nos commandes