France Commerce regroupe les adhérent de la FCD
Lancement de France Commerce

Création de « France Commerce » au service d’une vision stratégique pour 2030

Dans un entretien accordé aux Echos hier, Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du Commerce et de la Distribution, a annoncé la création de France Commerce. Cette nouvelle structure commune regroupe les adhérent de cette fédération, tels que Auchan, Carrefour, Casino, FNAC ou encore Darty.

Cette démarche s’inscrit dans une dynamique de revalorisation et d’appui au commerce lancée par le gouvernement. Sous la direction du Ministre de l’économie Bruno Le Maire, le gouvernement lance officiellement les « assises du commerce » à partir d’aujourd’hui 1er décembre.

L’enjeu d’une stratégie commune pour le commerce

Dépeint par M. Creyssel comme « le premier secteur économique de France », le commerce est par définition un secteur particulièrement large, allant des petits magasins indépendants aux géants de la distribution. Comment, dès lors, établir une direction commune et cohérente ? Via les fortes contraintes exogènes qu’elle a imposé aux acteurs du commerces, la crise du Covid leur a permis de trouver plusieurs axes communs.  La création de « France Commerce » vient consacrer le renforcement de ces synergies entre acteurs du secteur afin de leur permettre de poursuivre ce travail commun de manière plus organisée et efficace. Pour Jacques Creyssel, il s’agit ainsi de s’extraire des antagonismes habituels entre petits et grand commerce, centre-ville et périphérie, ou encore e-commerce et commerce physique.

La Fédération du Commerce et de la Distribution attend un appui du Gouvernement

La transition écologique se conjugue avec la transition numérique pour former la mer houleuse sur laquelle les opérateurs du commerce (petits comme grands) doivent naviguer. Plus spécifiquement, Jacques Creyssel a indiqué aux Echos deux mutations amplifiées par la crise du Covid : la hausse durable des ventes en ligne et l’avènement de modèles omnicanaux.

Ces défis impliquent des investissements conséquents de la part des acteurs du commerce. A cet égard, M. Creyssel indique que « un grand distributeur investit environ 2 % de son chiffre d’affaires chaque année, quand un Amazon est monté à 9 %, soit 50 milliards de dollars en 2021 ! L’Etat doit nous accompagner avec des aides comparables à celles de l’industrie, pour soutenir et faciliter cette révolution du commerce. »

Les aides publiques que Jacques Creyssel appelle de ses vœux doivent servir à investir dans un ensemble de thématiques stratégiques pour le secteurs, comme les technologies numériques, le traitement des données, les économies d’énergie ou encore l’optimisation de la logistique. Hors du strict spectre opérationnel, M. Creyssel demande également la suppression de la Tascom, la taxe sur les surfaces commerciales et la prolongation des dispositifs de soutien à l’embauche et à l’alternance.

Keep Exploring
Cameroun : les produits locaux à l’honneur pendant quatre jours