Assises du Commerce : un diagnostic pour construire l’avenir d’un secteur en mutation

Les Assises du Commerce ont débuté ce mercredi sous l’égide de Bercy pour prendre fin dans trois semaines. Elles visent à établir un diagnostic et préparer l’avenir d’un secteur en pleine transformation. Les principales questions seront traitées au cours de quatre ateliers.

Le gouvernement a lancé, le mercredi 1er décembre, les Assises du Commerce. Un rendez-vous destiné à traiter des grands défis d’un secteur qui subit une évolution profonde depuis le début de la crise sanitaire. Puis à se projeter sereinement sur son futur proche. Ce dialogue rassemble les principaux acteurs du commerce (enseignes, syndicats d’employés et associations de consommateurs) aux intérêts parfois divergents.

Modeler le commerce du 21ème siècle 

Les Assises ont un double objectif. « Il s’agit de partager avec tous les acteurs du commerce un diagnostic mais aussi de construire l’avenir de demain », a résumé Alain Griset, ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises. Ce que confirme Bruno Le Maire. Selon le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, elles « ont pour objectif de projeter le commerce dans le 21ème siècle ». Celui des innovations audacieuses pour répondre aux attentes des consommateurs.

Quatre ateliers pour aborder tous les enjeux

Les organisateurs ont prévu quatre ateliers au cours de ce dialogue pour éplucher les principaux enjeux. Le premier se consacrera à la préservation et au développement du commerce dans les territoires. Le deuxième aux nouveaux modes de consommation, dont le numérique, et sera notamment co-présidé par Jean-Paul Mochet, PDG de Franprix et Monoprix. Quant au troisième, il traitera de l’équité entre les acteurs nationaux et internationaux. Enfin, le dernier évoquera la question cruciale de l’emploi.

En 2022, un hiatus nommé présidentielle

Au moins 300 personnes sont attendues à ces Assises qui prendront fin dans trois semaines. Des propositions seront ensuite remises à Emmanuel Macron, fin décembre ou début janvier. Après cela, il faudra attendre la présidentielle de 2022 pour l’adoption des premières mesures législatives.

Keep Exploring
Parfum et cosmétique : une nouvelle structure chez Beauty Success pour mieux grandir