Kantar a publié les parts de marché de la grande distribution en octobre 2021
Parts de marchés

Michel-Edouard Leclerc prévient contre une flambée des prix en 2022

Selon Michel-Edouard Leclerc, les prix des produits alimentaires pourraient augmenter de 4% en 2022. Ce qui ferait de l’inflation, le sujet phare de la présidentielle prochaine. Il assure, pour sa part, que son enseigne fera tout pour contenir la hausse jusqu’à la fin de l’année. Au-delà, il n’y aurait aucune garantie.

Michel-Edouard Leclerc a lancé une nouvelle alerte en direction des politiques. Le mercredi 8 décembre, sur les antennes de RMC et BFMTV, le patron du groupe E. Leclerc a déclaré que l’inflation pourrait être un enjeu majeur de la campagne présidentielle 2022.

« L’année prochaine, ça va flamber »

 « L’année prochaine, ça va flamber », a-t-il averti. Puis de préciser : « Ils vont aller à la présidentielle avec une inflation à 4 % ». Cette flambée serait notamment due à des problèmes de production concernant certaines matières premières comme le blé, le café, le bois et le plastique. Le dirigeant a également évoqué la tension qui pèse actuellement sur les chaînes d’approvisionnement au niveau mondial.

Un engagement pris par E. Leclerc

D’après Michel-Edouard Leclerc, les prix auraient déjà dû commencer à monter. N’eut été l’effort commun des enseignes pour contenir la hausse. « C’est un engagement qu’on a pris vis-à-vis de nos consommateurs (…). C’est à la fois notre intérêt et l’intérêt des consommateurs », a déclaré le patron de E-Leclerc. Mieux, il assure que son entreprise va « reporter », « disséquer » et « diluer sur l’année prochaine » l’inflation tarifaire qui arrive.

 Cela ne va pas durer

Michel-Edouard Leclerc promet en outre que les magasins Leclerc vont continuer de contrer la hausse des prix jusqu’à la fin de l’année, période de fêtes. Cependant, il prévient que cet effort ne pourra pas durer. Les prix devraient grimper inexorablement. D’ailleurs, souligne-t-il, les tarifs de certains produits ont déjà commencé à prendre l’ascenseur. C’est le cas des  pâtes (+20 %) et des huiles alimentaires (+8 %).

Keep Exploring
Assemblée nationale
Vente de masques : entre engagement, craintes et désunion nationale, les enseignes se mobilisent