Première levée de fonds pour EasyPicky

Après 5 années d’autofinancement, la startup montpelliéraine EasyPicky a bouclé son premier tour de table de 5 millions d’euros le lundi 27 juin. Ces fonds lui permettront de doubler ses effectifs et d’accélérer sa croissance à l’international.

Le lundi 27 juin 2022, EasyPicky a réalisé une levée de fonds en série A de 5 millions d’euros auprès d’investisseurs institutionnels (Spring Invest et Irdi Capital Investissement), de business angels privés et de banques. Objectif : doubler ses effectifs, poursuivre le développement de son IA et conquérir le marché mondial. 

Passer de 35 à 70 collaborateurs 

Créée en 2017 par Marine Bibal et Renaud Pacull, la startup montpelliéraine a conçu en 2020 une application de reconnaissance vidéo instantanée destinée au secteur du retail. Cette solution permet aux commerciaux de réduire le temps passé dans les rayons à vérifier la disponibilité des produits et à s’assurer de leur visibilité. Elle fonctionne sans connexion ; ce qui ne l’empêche pas de garantir une remontée exhaustive et fiable de la donnée. Une vingtaine de grands distributeurs utilisent déjà cette technologie. Mais EasyPicky veut aller plus loin. D’où le tour de table réalisé fin juin.

Cette première levée de fonds après 5 années d’autofinancement permettra d’emblée à la jeune pousse de doubler ses effectifs en recrutant 35 personnes d’ici la fin de l’année pour atteindre 70 salariés. La jeune pousse recherche particulièrement des ingénieurs-chercheurs en intelligence artificielle, des développeurs web et mobile, des data analysts et des chefs de projets. Ces experts auront pour mission de poursuivre le développement de l’application.

Pour des zones avec une mauvaise connexion 

A terme, EasyPicky voudrait déployer sa solution sur n’importe quel système embarqué. Cela sera d’autant utile que l’application s’utilise dans des environnements contraints. Voilà pourquoi elle intéresse des secteurs comme l’automobile et le spatial. La startup souhaite également se lancer à la conquête de l’Europe et du monde en commençant par l’Angleterre, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne. Elle visera ensuite les zones où la couverture réseau n’est pas excellente. Par exemple le Brésil et le Mexique.

Keep Exploring
Supermarché
Confinement : les courses sont-elles vraiment plus chères ?