Happyvore, le roi de la viande végétale s’émancipe

Après trois années de sous-traitance chez les partenaires, HappyVore va construire sa propre usine de production de viande végétale dans le Loiret. Grâce à ce nouveau site, la startup va fabriquer plus de 10 000 tonnes de nuggets et de steaks par an.

Créée en 2019 par deux anciens de McKinsey, Guillaume Dubois et Cédric Meston, HappyVore est une foodtech parisienne spécialisée dans les alternatives à la viande. Jusqu’ici, elle produisait en sous-traitance ses steaks, merguez, boulettes et nuggets 100 % végétaux chez des partenaires. Pour gagner son indépendance, l’entreprise a récemment réalisé une levée de fonds de 35 millions d’euros. Objectif : ouvrir une usine de production à Chevilly, dans le Loiret. Elle sera la plus grande dédiée au simili carné en France. 

Multiplier par quatre la capacité de production

HappyVore va construire son site sur un terrain de 19 000m², sur lequel se trouve une unité agroalimentaire à l’abandon. Et la moitié des fonds levés servira aux travaux de rénovation des locaux. Grâce à ce nouvel investissement, la startup espère multiplier par quatre sa capacité de production pour atteindre plus de 10 000 tonnes par an. Aussi, souhaite-t-elle faire baisser les prix de ses produits qui restent plus chers que la viande naturelle, dont ils imitent le goût, la texture et l’odeur. Ses références, au nombre de 12, continueront de s’écouler dans les circuits de vente habituels. A savoir la grande distribution (60 % de la production), les restaurants (30 %) et Internet (10 %).

Développer une filière d’approvisionnement local

Pour faire tourner cette nouvelle usine, HappyVore prévoit de recruter 30 personnes d’ici à la fin de l’année et une centaine à terme en cas de croissance effective. Actuellement, la startup emploie une soixantaine de salariés. Outre son site de production, elle travaille au développement d’une filière d’approvisionnement local pour sourcer ses matières premières. Il s’agit de céréales, de pommes de terre, de tournesol et de betterave. Un dernier produit essentiel pour donner aux produits leur couleur viande.

Keep Exploring
Technologie
Quelles transformations pour le secteur de la grande distribution après la crise sanitaire ?