Les dates de péremption rallongées dans la grande distribution

Pour lutter contre le gaspillage alimentaire en France, les enseignes de la grande distribution ont décidé de repousser, voire de supprimer, les dates de péremption de certains produits. C’est le cas chez Carrefour et Système U.

Selon l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) au moins 10 millions de tonnes de nourriture finissent chaque année dans les poubelles. Un gros gâchis quand on connait l’ampleur de la faim ailleurs dans le monde. Pour lutter contre ce gaspillage alimentaire, les distributions ont mis en place diverses initiatives. Par exemple les dons aux associations et la baisse des prix.

Dans le prolongement du pacte de DLC

Pour aller plus loin, les enseignes ont décidé de repousser, voire de supprimer les dates de péremption de certains produits encore consommables au-delà de leur date limite. Elles s’inscrivent ainsi dans l’esprit du pacte de DLC (date limite de consommation) signé par la grande distribution en 2020. Ce document rédigé par l’appli anti-gaspi Too Good To Go vise à limiter les conséquences du gaspillage alimentaire au niveau environnemental et économique.

Les enseignes doivent notamment aider les consommateurs à faire la différence entre la date limite de consommation (DLC) et la date de durabilité minimale (DDM). Celle-ci met indique qu’on ne court aucun danger au-delà d’un certain temps, sauf que l’odeur, le goût et l’aspect du produit peuvent changer. Celle-là prévient contre un risque sur la santé en cas de consommation de l’aliment, une fois que la date limite dépassée.

Pas question de toucher à certains produits

Carrefour a opté pour la suppression pure et simple de la DDM sur quelques produits, dont l’huile, le vinaigre et le sucre. Système U, lui, a choisi de repousser, de quatorze jours, la DLC pour 223 références, notamment les yaourts et la charcuterie. Le groupe dit avoir pris cette décision après des tests rigoureux sur la durabilité des articles vendus. Il précise, en revanche, qu’il ne touchera pas à la DLC des produits pour lesquels il y a un danger. C’est le cas de la viande hachée et du poisson.

Keep Exploring
Melons
Des agriculteurs du Vaucluse s’agacent contre les promesses de la grande distribution