Carrefour lance Atacadão en France

Carrefour a annoncé, il y a deux semaines, l’ouverture à la rentrée prochaine d’un magasin Atacadão en France. Son enseigne discount brésilienne propose un modèle de vente en gros volumes pour les particuliers et les professionnels.

Ce programme d’envergure prévoit le lancement en France, à l’automne 2023, de son enseigne discount brésilienne Atacadão. Le premier magasin sera ouvert en Île-de-France.

Des magasins-entrepôts pour tous

Rachetée en 2017 pour environ 850 millions d’euros, la marque Atacadão propose des produits à prix cassés, à destination des particuliers et des professionnels. Il s’agit d’un grossiste alimentaire et matériel à l’image de Metro du groupement Les Mousquetaires. Ses magasins ressemblent davantage à de grands entrepôts, où les marchandises sont vendues directement aux clients. Soit dans des cartons, sur des palettes ou sur des étagères métalliques. Atacadão est implantée dans plus de 170 villes au Brésil.

L’enseigne de vente en gros volumes affiche des prix défiants toute concurrence. Généralement, les tarifs sont entre 10 et 15% moins chers que chez un distributeur classique. Le succès d’Atacadão vient principalement du fait qu’elle mise sur la quantité et l’accessibilité des produits et non sur la diversité. Une stratégie qui séduit les consommateurs brésiliens. Et qui pourrait permettre à Carrefour de conquérir de nouveaux clients France, au moment où l’inflation atteint des niveaux record.

Un plan d’économies de coûts d’ici 2026

Misant sur l’attractivité de son enseigne, le groupe Carrefour prévoit un développement rapide en Europe, notamment en France et en Espagne. Il table sur des centaines d’ouvertures à l’horizon 2026. A cette échéance, le distributeur vise un plan d’économies de coûts de 4 milliards d’euros. En 2021, il a réalisé un chiffre d’affaires de 81,2 milliards d’euros. Notons que Carrefour est le plus gros employeur privé de France avec plus de 85 000 salariés.

Keep Exploring
Assises du Commerce : un diagnostic pour construire l’avenir d’un secteur en mutation