Des produits alimentaires bientôt absents des rayons ?

Après la moutarde ou l’huile de tournesol, les Français pourraient bientôt faire face à de nouvelles pénuries alimentaires. C’est ce qu’affirme Dominique Schelcher, le PDG de Système U.

Invité sur franceinfo mardi, Dominique Schelcher a laissé entendre que les Français devraient se préparer à affronter de nouvelles pénuries de produits alimentaires après la moutarde, l’huile de tournesol, le canard ou encore le foie gras.

Des denrées devenues trop chers à produire 

« C’est ce dans quoi on rentre actuellement », avertit le PDG de Système U. Il évoque le cas du pois chiche, qui manque déjà à cause de la guerre en Ukraine et des mauvaises conditions météorologiques. Son groupe a décidé de stopper sa commercialisation sous la marque U en raison d’une importante hausse des prix exigée par les industriels.

Selon lui, il n’est plus supportable de « mettre en vente des produits pour ne pas les vendre ». Système U va retirer d’autres denrées parce que devenues « trop chers à produire ». Ce choix s’impose d’autant que les groupes agro-alimentaires envoient des courriers pour prévenir le distributeur contre de potentiels arrêts de la production de certaines références.

Une situation due à la hausse des coûts de production

Les industriels justifient cette décision par le coût élevé de l’énergie, du gaz et des matières premières, dans un contexte inflationniste. Dominique Schelcher accuse en outre la guerre en Ukraine, qui perturbe les approvisionnements. Face aux perspectives sombres, le PDG de Système U craint à présent « une inflation durable » à partir de 2023. En octobre dernier déjà, il s’inquiétait de l’avenir du secteur agroalimentaire dans une interview accordée au Journal du Dimanche. Le patron de Système U a prédit que tout basculerait dans les prochains mois, après que le taux de rupture en magasin a atteint 12% contre 2% auparavant. Il avait également pointé une pénurie de personnel, en particulier des chauffeurs routiers.

Keep Exploring
Le Petit Ballon poursuit l’expérimentation du paiement fractionné