Le Petit Ballon poursuit l’expérimentation du paiement fractionné

Six mois après avoir lancé le service, Le Petit Ballon a continué d’expérimenter le paiement fractionné pendant les fêtes de Noël pour mesurer pleinement la conversion des clients. Depuis juin, l’entreprise a réalisé plus de 120 transactions pour un panier moyen de 320 euros.

Depuis le 15 juin 2022, Le Petit Ballon propose à ses clients un service de Buy Now Pay Later (BNPL), en partenariat avec Django, la nouvelle fintech du groupe La Poste dédiée au crédit à la consommation. Largement plébiscitée par les acheteurs européens, le BNPL permet aux consommateurs de payer leurs articles en 3 ou 4 fois. Et donc d’acheter un bien sans avoir à se ruiner d’un seul coup. Pour les marketplaces B2C, cette méthode augmente le taux de conversion et le panier moyen, et améliore la fidélité des clients.

Une tendance dans le commerce en France

Selon une étude de l’Access Panel de L’Echangeur BNP Paribas Finance, 27% des Français ont payé leurs achats en ligne par le BNPL. Il s’agit donc d’une tendance et Le Petit Ballon entend surfer là-dessus avec la solution Django. La DNVB (Digital Native Vertical Brand) propose un paiement en fin de parcours et à tous les paniers supérieurs à 200 euros. En 6 mois d’expérimentation, l’entreprise d’abonnement de box de vin a réalisé plus de 120 transactions pour un panier moyen de 320 euros.

Vers une intégration dans le programme de fidélité

Le Petit Ballon a prévu de poursuivre ses tests pendant les fêtes de fin d’année ce qui lui a permis d’évaluer pleinement les possibilités de ce levier marketing. Pour la société, il s’agira de mesurer le taux de conversion, qui pourrait augmenter de 20 à 30%. Et le panier moyen, qui devrait évoluer de 30 à 50% par rapport au panier moyen classique. Le Petit Ballon mène en ce moment une réflexion pour inclure le BNPL dans son programme de fidélité. Avec pour objectif d’atteindre 1% de son chiffre d’affaires réglé par ce mode de paiement.

Keep Exploring
Blandine Multrier (RelevanC) : « Le retail media, de la tête de gondole au digital »