Frédéric Descrozaille cogne encore la grande distribution

Invité de franceinfo récemment, Frédéric Descrozaille a chargé à nouveau la grande distribution sur la question des prix. Le député Renaissance du Val-de-Marne, auteur d’une proposition de loi polémique, accuse les enseignes d’agiter la crainte de l’inflation pour bonifier leurs marges.

Le député Renaissance du Val-de-Marne, Frédéric Descrozaille, est l’auteur d’une proposition de loi visant à adapter le rapport de force entre fournisseurs et grande distribution. Approuvé en première lecture par l’Assemblée nationale le 15 février, ce texte prévoit principalement de supprimer l’obligation de livraison des fournisseurs aux distributeurs en cas d’échec des négociations sur les prix.

Pour que les deux parties restent libres 

S’ils doivent continuer de livrer leurs produits, même à un prix qui ne leur convient pas, les industriels pourront dorénavant rompre le contrat. Mais après avoir épuisé au préalable une médiation obligatoire. Invité du « 8h30 franceinfo » le dimanche 26 février, Frédéric Descrozaille a souligné que l’idée de son texte « c’est que les deux parties restent libres ».

Toutefois, le député Renaissance insiste sur la nécessité de favoriser les fournisseurs face aux puissants distributeurs. Il souhaite que les industriels augmentent leurs revenus pour pouvoir investir dans la décarbonation et rehausser les salaires. Et cela « quitte à alimenter la boucle ‘salaire-prix’, et donc l’inflation ». D’ailleurs, Descrozaille appelle à ne pas se laisser distraire par les lamentations des distributeurs, qui brandissent le risque d’une forte inflation.

Il n’y aura pas de tsunami d’inflation

L’élu du Val-de-Marne attaque en particulier Michel-Edouard Leclerc, le patron du groupe éponyme. Ce dirigeant ferait le tour des médias pour faire peur. Tout ce qu’il dit serait faux. Descrozaille l’invite à cesser « de faire croire qu’il parle au nom de la nation ». En fin d’année dernière, Michel-Edouard Leclerc avait prédit un tsunami d’inflation en 2023. D’autres patrons d’enseignes ont évoqué un mois de « mars rouge » pour les prix dans les rayons si une hausse de 20% s’imposait.

Keep Exploring
Image symbolisant la RSE
RSE : 23 acteurs de la grande distribution distingués lors des Trophées LSA La Conso s’engage 2020