Inflation : Michel-Edouard Leclerc a boycotté la réunion à Bercy

Michel-Edouard Leclerc, le président du comité stratégique des centres Leclerc, n’a pas pris part à la réunion organisée par Bruno Le Maire avec les patrons de la grande distribution. Il dit n’avoir pas souhaité sacrifier l’image de son groupe sur l’autel d’une communication politique.

Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie et des Finances, a organisé le lundi 6 mars à Bercy une réunion avec les patrons de la grande distribution pour parler inflation. A l’issue de cette rencontre, il a annoncé le lancement de l’opération « trimestre anti-inflation ». Prévue du 15 mars au 15 juin, cette initiative vise à proposer une sélection de produits à prix bas. Elle remplace le panier anti-inflation, rejeté par les enseignes.

Leclerc vend déjà moins cher 

Si tous les patrons de la distribution ont pris part à la rencontre à Bercy, Michel-Edouard Leclerc a préféré, lui, se rendre sur CNews pour communiquer sur les opérations de son groupe. Il a expliqué qu’il ne voulait pas « aller sur la photo » avec les ministres Bruno Le Maire et Olivia Grégoire pour montrer que « Leclerc vend moins cher ». Puisque cela a toujours été le cas.

Selon lui, son enseigne casse déjà les prix des produits de première nécessité et lance des opérations à prix coûtant. Michel-Edouard Leclerc ne voit donc pas l’utilité d’adopter le dispositif gouvernemental. Pour autant, le dirigeant « ne s’interdit rien ». Autrement dit, son enseigne pourrait un jour rejoindre ce type d’initiative. Mais il «préfère pour le moment être moins cher sur tout».

Tout le monde a son panier anti-inflation

Si Michel-Edouard Leclerc n’a pas attendu une réunion publique pour être moins cher, les autres patrons aussi. C’est notamment le cas de Dominique Schelcher (Système U) qui a composé un panier de 150 produits du quotidien à prix coûtant. De Jean-Charles Naouri (Casino) qui a fait une liste de 500 produits à moins de 1 euro. Ou encore de Gérard Mulliez (Auchan), Michel Biero (Lidl), Thierry Cotillard (Intermarché) et Alexandre Bompard (Carrefour), dont les offres anti-inflation s’accumulent.

Keep Exploring
Ballon de football
Coupe de France : Intermarché partenaire du programme le « Petit Poucet »