Le label anti-gaspi officiellement lancé

Le gouvernement a officialisé, début mars, le lancement du label anti-gaspi destiné à la grande distribution et aux métiers de bouche. Il comprend trois niveaux de qualification selon les performances de réduction des déchets et du gaspillage.

Chaque année, près de 9 millions de tonnes de denrées alimentaires se retrouvent à la poubelle. Non seulement ce gaspillage est moralement inacceptable (la faim existe ailleurs dans le monde), mais également il représente près de 16 milliards d’euros de pertes par an. Sans compter qu’il pèse environ 3% des émissions nationales de CO2 sur la même période. Un fléau auquel il fallait donc mettre fin.

Un référentiel à trois niveaux

Annoncé fin 2020, le label anti-gaspillage du gouvernement se donne cette mission. Officiellement lancé ce mois de mars, il doit permettre de valoriser les initiatives vertueuses dans la distribution alimentaire et la restauration collective. Objectif : atteindre 50 % de réduction du gaspillage d’ici 2025 par rapport à 2015. Défendu par le ministère de la Transition écologique, l’Ademe et l’Afnor SPEC, ce dispositif national a été créé avec le concours de Phenix ou Too Good To Go, des acteurs de l’économie circulaire.

Le label anti-gaspi prendra la forme d’un logo avec une, deux ou trois étoile(s) selon les performances de réduction des déchets et du gaspillage. Une étoile soulignera un engagement simple du groupe sur la question. Deux étoiles démontreront sa « maîtrise » de la pratique. Et trois étoiles signifieront « l’exemplarité » du retailer en la matière.

Un organisme certificateur pour attribuer des points

Pour bénéficier d’une étoile, il faut obtenir au minimum 30 points, attribués par un organisme certificateur. Celui-ci mènera une évaluation de différents critères, dont la mise en avant de paniers anti gaspillage et de dons en faveur des associations.

La grande distribution, qui est responsable de 14% du gaspillage alimentaire en France, a fait de la lutte anti-gaspi un élément clé de sa politique RSE. Ainsi, a-t-elle institutionnalisé le don des aliments ayant eu un contact direct avec le sol, des produits dont la chaîne du froid a été rompue ou dont la date de péremption est proche voire dépassée.

Keep Exploring
Masques
Intermarché et La Poste procèdent à un échange solidaire de masques et de gels hydroalcooliques