Beauté : Ieva group lance l’abonnement myIEVA

Ieva group, leader de la beauty tech, lance l’abonnement technologiquement personnalisé myIEVA. Cette solution permet un contrôle de la peau via des patchs et une application smartphone.

Ieva group, spécialiste du bien-être corporel par des solutions technologiques, crée l’abonnement de beauté personnalisé myIEVA pour mieux répondre aux besoins nouveaux de ses clients.

Des algorithmes pour des soins sur mesure

Cette offre permet un contrôle de la peau via des patchs et une application smartphone. Bourrée d’algorithmes, la plateforme pose un diagnostic précis qui permet de mesurer le sébum et les peaux mortes. Elle prend ces éléments en photo et compare les clichés à une base de 50 000 images afin de recevoir une recommandation des marques et produits de la maison les plus adaptés à la cliente (IOMA, Made with Care, Elenature, IOMA Hair, L’Atelier du Sourcil, boudoir du regard…).

Jusqu’à 70% d’économies sur les soins

Pour bénéficier de ces soins sur mesure, les clients doivent s’acquitter d’un des trois tarifs suivants : 37 euros, 69 euros ou 89 euros. Le prix le plus élevé inclut des produits personnalisés tandis que les autres se composent de produits du catalogue.

Grâce à l’abonnement myIEVA, les clients peuvent réaliser jusqu’à 70% d’économies sur les soins, les produits capillaires et le maquillage. Pour l’entreprise, l’opération n’est pas immédiatement rentable. Selon son fondateur Jean Michel Karam, il faut attendre environ un an et compter sur la fidélité des marques et des utilisateurs pour obtenir les premiers gains financiers.

Devenir le Netflix de la beauté

Ieva group espère en tout cas retenir les utilisateurs par la qualité de son offre de beauté personnalisée. Son objectif est d’atteindre 10 000 abonnés en France, au Luxembourg et en Belgique. Le groupe de Jean Michel Karam souhaite devenir le Netflix de la beauté, qui propose des produits adaptés et des conseils d’utilisation donnés par des experts. Il vise les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires consolidé d’ici 2026, contre 30 millions d’euros l’année dernière.

Keep Exploring
Transition énergétique : la grande distribution face à un dilemme