Le champagne recule en grande distribution

Emblème de l’art de vivre à la française, le champagne ne se vend plus aussi bien qu’avant en grande distribution. Les volumes écoulés ont diminué de plus de 20% cette année. Principale raison : l’arbitrage des consommateurs face à l’inflation. On préfère désormais se tourner vers les vins italiens pétillants et les crémants, plus accessibles.

Selon les données de la société NielsenIQ, les ventes de champagne ont chuté de 20,7% en grande distribution, entre le 1er janvier et le 3 décembre 2023. Sans surprise, cette forte baisse est due à l’inflation persistante, surtout l’inflation alimentaire qui a atteint 18% entre janvier 2022 et août 2023.

Hausse du prix moyen des bouteilles de champagne

Cette flambée des prix pousse les ménages à raboter leur budget et à faire des arbitrages. Les alcools n’étant pas des produits essentiels, ils sont laissés de côté lors des achats. D’ailleurs, le tarif moyen du champagne, déjà jugé cher, a augmenté de 7,3% entre septembre 2022 et septembre 2023. Les consommateurs préfèrent ainsi se tourner vers les mousseux (prosecco, crémant), cinq fois moins coûteux au litre.

Progression du chiffre d’affaires des effervescents

Le prosecco, vin blanc effervescent italien, a ainsi vu ses ventes bondir de 9% en rayons cette année selon NielsenIQ, contre 4% pour les crémants. Aussi, le chiffre d’affaires de ces effervescents a progressé de 9,6%, alors que celui du champagne a baissé de 11,4% sur les onze premiers mois de l’année. Malgré ce tableau noir, les producteurs relativisent la situation.

Une baisse globale attendue autour des 10%

David Chatillon, président de l’Union des Maisons de champagne (UMC), affirme que c’est le niveau record de 2022 qui amplifie la baisse actuelle. Aussi, pointe-t-il le surstock accumulé par les distributeurs l’année dernière pour faire face à d’éventuelles pénuries. Par ailleurs, note-t-il, la grande distribution ne représente qu’un quart des ventes de la filière. La baisse globale (tous circuits confondus) ne devrait pas dépasser 10%.

Keep Exploring
Val de Loire : la vente de vin bio progresse en grande distribution