e-commerce

Supeco, l’enseigne discount de Carrefour, lance son site de e-commerce

À l’issue du premier confinement, de nombreuses enseignes de la grande distribution française ont renforcé leurs plateformes de ventes en ligne pour se préparer à l’éventualité d’une deuxième vague. Certaines développent leur stratégie de manière plus récente, comme Supeco, enseigne discount du groupe Carrefour, qui vient tout juste de lancer son interface.

Déjà durant le premier confinement, les distributeurs avaient protesté contre la fermeture de pans entiers de leurs points de vente dédiés aux jouets, aux vêtements et à d’autres articles que l’appellation « produits de première nécessité » n’inclut pas.

Une manière de toucher les consommateurs même en période de crise

Les grandes enseignes ont alors été privées d’une part conséquente de leurs marges et ont tenté d’y remédier au déconfinement en bousculant le déroulé de leur calendrier commercial : Action avait par exemple pris la décision de mettre en rayon les décorations de Noël dès la fin du mois d’août, un mouvement qui a été suivi par plusieurs poids lourds du secteur à l’image de Carrefour qui avait pour sa part envoyé ses catalogues de Noël deux semaines plus tôt que prévu.

Le gouvernement leur a cependant coupé l’herbe sous le pied en annonçant un deuxième confinement d’une durée indéterminée et Lidl, qui s’apprêtait à commercialiser sa nouvelle et très attendue paire de baskets en France, n’a eu d’autre choix que de repousser le lancement de sa nouvelle collection. Le confinement vient remettre en question des habitudes de consommation anciennes, et si les grandes enseignes ont fait le choix de miser davantage sur la vente en ligne si elles souhaitent ne pas se restreindre à l’alimentation ou à des produits dont la vente en physique était stoppée durant de longues semaines cette année.

Supeco se jette dans le grand bain de la vente en ligne

L’enseigne de discount a ouvert le 23 novembre son site e-commerce avec une offre exclusivement non-alimentaire pour le moment. Le consommateur peut constituer son panier en sélectionnant des produits parmi les 450 références réparties dans les rayons maison, beauté, high tech, loisirs ou jouets. C’est une première pour la marque qui n’avait pas de présence digitale forte jusque-là. L’interface ne perd pas non plus de vue les inquiétudes des consommateurs sur leur pouvoir d’achat, en proposant une centaine de produits de déstockage à des prix défiant toute concurrence dans la catégorie « Yapu Yapu ».

Le site est très simple d’usage : le consommateur n’a pas besoin de se créer un compte et, une fois ses achats effectués, il peut choisir le créneau horaire qui lui convient dans l’un des 5 magasins de la chaîne, auxquels il faudra ajouter deux nouveaux points de ventes à Hazebrouck et Fouquières-lès-Béthunes en 2021.

Keep Exploring
Ursula Von Der Leyen
Les distributeurs européens demandent un plan de relance de la consommation