Clients supermarché

La grande distribution se lance dans la vague du consommer local

Pendant le confinement, la grande distribution a amorcé son virage vers le “consommer local” en se fournissant principalement auprès de producteurs français. Une tendance qui a fait grandir chez les Français la volonté de consommer des produits nationaux au lieu de se tourner vers l’importation.

Le confinement, genèse d’une consommation locale

Avec la fermeture des frontières et l’augmentation de la demande alimentaire, la grande distribution a dû s’adapter pour satisfaire les besoins alimentaires des Français pendant la crise.

Pour soutenir la production tricolore, la grande distribution s’est mobilisée et a plébiscité les circuits courts et les produits locaux, grands gagnants des nouveaux mode de consommation des Français. En effet, le made in France est privilégié et la grande distribution compte bien poursuivre ces initiatives.

Selon la dernière étude de l’Observatoire E.Leclerc des nouvelles consommations, réalisée par Ipsos fin avril, 63% des Français déclarent qu’ils consomment le plus possible de produits locaux pour soutenir l’économie, un chiffre qui agit comme un révélateur d’une prise de conscience alimentaire. Près d’un Français confiné sur deux s’est tourné vers les produits d’origine France et 37% vers les produits frais et les produits issus des circuits courts.

La révolution du made in France

Les groupes Casino, Carrefour ou encore Auchan ont fait le choix du local. Le Groupe Casino fait figure de précurseur à ce titre et avait déjà fait le choix de soutenir les filières agricoles en mettant en place des partenariats avec des coopératives aux prémices de la crise.

Chez Auchan, la majorité des magasins ont rempli la moitié de leurs rayons de fruits et légumes locaux assure le président de l’enseigne Edgard Bonte. Une tendance qui, selon lui, va « durer au-delà de cette crise ».

Pour François Dartout, du cabinet de consultants Square, cette crise provoque une transformation de l’offre des acteurs traditionnels pour faire émerger la révolution de « l’ultra-local ». L’enjeu, selon lui, est de privilégier l’achat au plus près afin de distribuer les produits d’agriculteurs locaux au détriment des produits importés, malgré les coûts supplémentaires que ce changement entraîne.

Un monde d’après marqué par les engagements de la période de crise

“La grande distribution était jusqu’à présent très orientée prix, y enfermant aussi le consommateur mais cela ne menait à rien” affirme Damien Hühn, fondateur de l’agence APL. Convaincu “qu’il n’y aura pas de retour en arrière”, il estime que les Français comme les acteurs de la grande distribution sont capables, ensemble, d’aider les producteurs locaux.

L’engagement du secteur ne s’arrête pas à un positionnement marketing et les actions menées en faveur de la production locale par la grande distribution sont nombreuses. À titre d’exemple, la création de la plateforme jaidelesproducteurslocaux.fr, produit du confinement, permet d’écouler les stocks de produits agricoles bruts (vins, fromages, charcuteries, etc.) grâce à la mise en relation gratuite des producteurs et des distributeurs d’une même région.

Keep Exploring
livreur uber eats
Nicolas Nouchi (CHD Expert) : « La livraison alimentaire est devenue un segment à part entière »