Côte d’Ivoire : la CDCI, fer de lance de la grande distribution

En Côte d’Ivoire, la grande distribution profite de l’émergence économique pour gagner des parts de marché du commerce local. Ce secteur est en grande partie porté par des enseignes internationales, particulièrement françaises. Mais il y a également des acteurs marocains comme la Retail Holding, qui détient la Compagnie de distribution de Côte d’Ivoire (CDCI).

Depuis quelques années, la Côte d’Ivoire connait une croissance économique à deux chiffres qui attire les grandes enseignes mondiales. Parmi elles des françaises comme Carrefour et CFAO, mais également des groupes marocains, Rabat étant un partenaire privilégié d’Abidjan depuis 2013. Le porte-étendard du royaume chérifien dans la grande distribution est Retail Holding, qui a fait de la locomotive d’Afrique de l’Ouest une priorité. Ce groupe détient depuis 2014 la Compagnie de distribution de Côte d’Ivoire (CDCI), leader dans le secteur de la distribution alimentaire moderne dans le pays.

1,4 milliard de dollars de chiffre d’affaires

Cette enseigne compte 121 magasins de vente en gros, demi-gros et au détail. Le 28 mai dernier, elle a lancé une plateforme logistique de 11 000 m² pour pouvoir maîtriser complètement sa chaîne d’approvisionnement et booster sa rentabilité. Elle « nous a permis de contrôler le flux de marchandises, de livrer les magasins dans les délais et d’offrir à nos fournisseurs un lieu de dépôt fiable et centralisé », indique son directeur général Rachid El Harchi, dans un entretien à l’Agence Ecofin. En 2020, la CDCI a réalisé un chiffre d’affaires de 1,4 milliard de dollars, avec environ 11 000 employés au Maroc et en Côte d’Ivoire.

100 magasins supplémentaires d’ici 2026

En parallèle du déploiement d’un plan d’action structurel visant notamment à numériser tous les flux logistiques, la CDCI souhaite étendre son réseau à partir de 2022. Elle envisage de réaliser 20 à 30 ouvertures par an pour atteindre 100 magasins supplémentaires d’ici 2026. Une ambition légitime au regard des promesses du marché.

Cap sur le Nigeria ?

« Nous savons qu’inévitablement, les clients se tourneront de plus en plus vers le commerce moderne, car au fur et à mesure que leur pouvoir d’achat augmentera, ils accorderont une plus grande importance à leur expérience d’achat et cela inclut des produits de meilleure qualité, la transparence des prix, l’hygiène et le service », analyse Rachid El Harchi, qui annonce lorgner sur le Nigeria, un autre marché à fort potentiel après la Côte d’Ivoire.

Keep Exploring
Toulouse : Carrefour Labège élargit son offre de produits d’occasion