But dispose désormais d’un assortiment sur Rue du Commerce

Après la livraison via ses magasins et l’ouverture d’une marketplace, But dispose désormais d’un assortiment sur Rue du Commerce. Il y aura au total 6 500 références, soit deux tiers de son catalogue. Avec ce partenariat, le spécialiste de l’équipement pourra multiplier par deux son audience en ligne.

Trois chantiers pour une enseigne omnicanale

Depuis début octobre 2021, But (le numéro 2 français de l’ameublement et de la décoration derrière Ikea) propose les deux tiers de son catalogue sur Rue du Commerce, soit 6 500 références. A terme, il compte y présenter la totalité de son offre. Cette collaboration avec un acteur majeur de la grande distribution tricolore représente un nouveau front, après la livraison via les magasins et l’ouverture d’une marketplace. La création de ce site e-commerce vise à compléter l’offre de 11 000 références correspondant à ce que But propose dans ses magasins. A savoir diverses catégories de produits, dont ceux de la salle de bain et de la puériculture.

Une nouvelle vitrine alléchante

Avec Rue du Commerce, But souhaite donner plus de visibilité à ses références. Son objectif est de doubler son audience en ligne en passant de 3 à 7 millions de visiteurs uniques par mois. « C’est donc une nouvelle vitrine pour nous qui ne nous coûte que la commission des ventes que prend Rue du Commerce », souligne Thierry Lernon, DG de l’enseigne. Le dirigeant note une grande complémentarité entre les deux enseignes, avec d’une part l’équipement de la maison côté électroménager et d’autre part l’ameublement et la décoration.

Conforama dans le viseur

Rue du Commerce gagne aussi avec ce partenariat. En déficit d’offre sur le pôle maison, il peut désormais compter sur la force de But pour approfondir son assortiment sur ce segment. « But a deux fois plus de stock en magasins que dans ses stocks centraux, nous avons 315 points de vente répartis sur le territoire, c’est donc une vraie force », vante Thierry Lernon.

Keep Exploring
StackBOX lève 1,2 million de dollars pour résoudre les problèmes du dernier kilomètre