Monoprix se lance dans la vente de NFT

Du 8 au 21 juillet 2022, Monoprix a installé dans trois de ses magasins à Paris des corners pour la vente des NFT. Avec 249 euros, les clients ont reçu plusieurs produits en plus de leur jeton.

Monoprix a ouvert en test, du 8 au 21 juillet 2022, dans trois de ses magasins parisiens (Beaugrenelle, Champs-Élysées et Montparnasse), des espaces physiques dédiés aux NFT, c’est-à-dire des jetons non fongibles (Non Fungible Token). Il s’agit de ces titres de propriété numérique uniques et non interchangeables. Émis par une blockchain (principalement Ethereum), ils peuvent contenir divers objets de valeur, dont une photo, une vidéo ou une peinture.

Mise en œuvre du dispositif

Conçus par la start-up française Ownest, les corners NFT de Monoprix étaient équipés de distributeurs automatiques dédiés surnommés DAN. Ces machines étaient disponibles tous les jours de 11 heures à 20 heures, sauf le dimanche et les jours fériés. Les clients ont pu s’en servir pour acheter l’un des 550 jetons de la collection Rude Kidz vendus à 249 euros la pièce. Ce prix, un peu trop important (ces NFT coûtent 100 euros sur OpenSea) incluent d’autres produits. A savoir une fiche imprimée à l’effigie du token, un T-shirt et un sac en toile de la collection Rude Kidz, ainsi qu’un bon d’achat Monoprix de 20 euros.

Monoprix simplifie l’utilisation de cette technologie 

Pour lever les difficultés techniques liées aux NFT, Monoprix a laissé ses clients régler en euros. L’enseigne s’est ensuite chargée de convertir leur argent en ethers et de simplifier la tâche à ceux qui ne disposent pas de wallet en leur envoyant un code de validation par SMS via leur numéro de téléphone. Sur place, elle a disposé en outre des équipes, à proximité des machines, pour aider toute personne ayant du mal avec cette technologie. En ouvrant de tels corners, la filiale du groupe Casino tente d’initier le grand public à l’utilisation des NFT et à l’entrée dans le Web 3.0.
Keep Exploring
Gérald Darmanin
Les propos de Gérald Darmanin sur les rayons communautaires enflamment les réseaux sociaux