Magasin Leclerc

Inflation : la stratégie de E. Leclerc pour gagner des clients

Michel-Edouard Leclerc a déclaré récemment sur LCI que son groupe de distribution ne répercutera, en magasin, les hausses des prix accordées aux fournisseurs qu’après un délai de trois mois. Selon lui, c’est comme ça que les centres E. Leclerc gagnent des clients.

Ralentissement de l’inflation en France

En France, l’inflation a atteint 4,9 % sur un an en septembre, un chiffre stable par rapport à août. La hausse des prix des produits alimentaires, principal moteur de l’inflation, a également ralenti sur un an à + 9,6 %, contre 11,2 % le mois précédent.

Malgré ce recul observé sur deux mois, les tarifs ne devraient pas baisser de sitôt. La faute à la hausse des coûts de production (énergie, emballage, etc.) et le décalage entre achats des matières premières et fabrication des produits. On peut ajouter à cela les hausses accordées aux industriels fournisseurs.

E.Leclerc gagne en compétitivité 

Ces augmentations contraignent les distributeurs à répercuter l’inflation immédiatement en rayon. Mais Michel-Edouard Leclerc annonce que son groupe ne le fera pas maintenant. Le dirigeant annonce que E.Leclerc n’appliquera les hausses en magasin qu’après un délai de trois mois. Cette décision permettrait au distributeur d’être plus compétitif pendant cette période.

Michel-Edouard Leclerc se réjouit que son enseigne ait trois mois de meilleurs prix par rapport aux concurrents qui l’appliquent dans des délais plus brefs (Lidl, Système U ou Intermarché). Selon lui, les consommateurs devraient naturellement se diriger vers ses points de vente pour faire des économies. Et c’est comme ça qu’il gagnerait des clients.

Pour la suppression de l’obligation des marges de 10 %

Grâce à cette stratégie, les centres E.Leclerc auraient recruté 800 000 clients supplémentaires dans les centres Leclerc depuis janvier. Pour soulager encore plus les Français, Michel-Edouard Leclerc demande aussi la suppression de l’obligation de marges (au moins 10%) sur les produits alimentaires des grands industriels.

En attendant, le dirigeant se félicite de la réouverture des négociations commerciales dès octobre pour une clôture le 15 janvier prochain. Cet avancement permet de signer au plus vite les accords entre distributeurs et industriels. Et donc d’obtenir rapidement des baisses de prix dans les rayons. Traditionnellement, les discussions ont lieu de décembre au 1er mars.

Keep Exploring
Les données géospatiales s’incrustent dans la stratégie marketing des retailers