logo casino

Groupe Casino, une croissance dopée par le marché français, le e-commerce et l’Amérique latine

Ce jeudi 30 juillet, le groupe Casino vient de publier le chiffre d’affaires du T2 et les résultats du S1 2020. La forte croissance enregistrée sur la période par le distributeur stéphanois est portée par les bonnes performances réalisées sur le marché français, le e-commerce et l’Amérique latine, tandis que la stratégie de digitalisation, notamment via le déploiement des magasins autonomes, a franchi un nouveau cap. En parallèle, le plan d’apurement de la dette a été soutenu par la poursuite du plan de cession d’actifs non stratégiques et une rentabilité désormais assurée pour chacune des enseignes du groupe.

Après Carrefour, le mardi 28 juillet, le groupe Casino vient de rendre public ces résultats pour le 2e trimestre, marqués par l’impact du confinement et l’importance prise par le e-commerce et la proximité, et qui étaient pour cette raison très attendus. Le chiffre d’affaires du premier semestre s’établit ainsi à 16,1 milliards d’euros, tandis que le CA pour le T2 2020 se caractérise par une croissance de 10,4 %, en comparable, pour total de 7,8 milliards d’euros. Ces résultats étaient d’autant plus attendus du côté du distributeur stéphanois qu’ils doivent permettre d’évaluer tout à la fois l’impact du plan d’apurement de la dette, les effets de la restructuration des activités en Amérique latine, les résultats de la digitalisation des activités du groupe et, fort logiquement, les conséquences de la crise sanitaire sur ses résultats.

Forte accélération du e-commerce alimentaire sur le S1

La publication la semaine dernière des résultats de Cnova, la maison mère de Cdiscount, filiale e-commerce du groupe Casino, pour le S1 et le T2 2020 avait déjà donné une série d’indications quant à la manière dont le commerçant en ligne a traversé la crise sanitaire. Entre croissance forte des ventes au T2, sans que la séquence post-confinement n’enraye la dynamique, acquisition de 1 million de nouveaux clients, augmentation significative de la quote-part de la marketplace et accélération des stratégies de monétisation des flux de visiteurs, les signaux étaient au vert du côté de Cnova. Ces  résultats viennent en renfort de la stratégie e-commerce globale et tous azimuts impulsée par le groupe Casino et qui, concours de circonstances oblige, a été marquée par d’importantes milestones ces dernières semaines, parmi lesquels on retiendra notamment la mise en service à la mi-mars du premier entrepôt déployé par le groupe Casino utilisant la technologie en Ocado en Île-de-France . La logique d’autonomisation, via des algorithmes, de la gestion des flux de commandes doit notamment permettre à l’enseigne Monoprix d’accroître ses capacités en termes de livraison à domicile, un secteur sur lequel le groupe Casino, partenaire également d’Amazon Prime, mise tout particulièrement. Ces différents éléments expliquent que sur le S1, le e-commerce alimentaire ait enregistré une croissance à trois chiffres.

444 magasins autonomes désormais opérationnels

En parallèle de cette montée en puissance sur le e-commerce alimentaire, le groupe Casino, qui a fait de la digitalisation de ses activités et des services proposés à ses clients l’un de ses axes forts, annonce également que sa stratégie de déploiement de magasins autonomes a franchi une nouvelle étape. Désormais, le groupe annonce opérer dans toute la France 444 magasins autonomes, où les clients en horaires étendus ou le week-end, et tout particulièrement le dimanche, peuvent réaliser leurs courses et payer via des dispositifs de caisses automatiques. Une activité désormais stratégique, alors que des acteurs comme Amazon accélèrent dans la suppression de l’étape du passage en caisse, avec récemment le lancement de “Dash Cart”, le chariot express sans contact lancé lancé aux États-Unis, tandis que Walmart expérimente dans l’Arkansas un magasin équipé à 100% de caisses automatiques en repositionnant ses hôtes et hôtesses de caisse en conseillers de vente au plus près de ses clients. Une stratégie initiée par le premier distributeur mondial qui fait écho au modèle déployé en France par le groupe Casino qui vise également à basculer d’un lien uniquement “transactionnel” vers un lien davantage “relationnel”, ainsi qu’à assurer aux clients, dont les modes de vie et de consommation ont été profondément bouleversé ces dernières années, des horaires plus adaptés à leurs nouveaux styles de vie. Pour mener à bien cette phase de transition, et comme cela a été annoncé le 26 février dernier, le groupe Casino, via ses enseignes Géant Casino et Casino Supermarchés, a conclu un accord avec quatre des cinq organisations syndicales représentatives. Un plan triennal, doté d’une enveloppe de 5 millions d’euros, qui vise à accompagner les hôtes et hôtesses de caisses dans l’évolution du métier.

Keep Exploring
hypermarché
Y-a-t-il vraiment de moins en moins de clients dans les hypermarchés en France ?