supermarché covid-19

Covid-19 : les autotests toujours pas vendus en grande distribution

Alors que la Haute Autorité de Santé (HAS) avait donné son feu vert fin mars, la vente des autotests en grande distribution n’a toujours pas débuté. Face à l’opposition de la direction générale de la Santé, seul un autre arrêté du gouvernement permettrait la commercialisation de ces dispositifs en supermarché.

Malgré l’aval de la Haute Autorité de Santé (HAS), les Français ne retrouvent toujours pas les autotests contre le Covid-19 dans les rayons des supermarchés, comme c’est le cas en Allemagne. Cette situation est due à la position de la direction générale de la Santé (DGS), qui ne veut pas de ces produits dans la grande distribution. La DGS invoque un arrêté du 10 juillet 2020, assimilant les autotests à des dispositifs médicaux de diagnostic in vitro et donc réservés à une distribution en pharmacie. Les pharmaciens aussi ne sont pas favorables à la commercialisation des autotests en supermarché. Leur syndicat exige l’accompagnement du patient par un professionnel de santé pour éviter des faux négatifs suite à une erreur d’usage. Une position qui complique le sort des autotests en GMS.

Carrefour plus pressé que les autres

Selon le président de Système U, Dominique Schelcher, seule une décision politique pourrait lever ce blocage imposé par la DGS. En d’autres mots, il faudrait que Matignon ou l’Elysée publie une ordonnance pour autoriser la vente des autotests. Pourtant, la grande distribution s’était déjà préparée à leur commercialisation. Carrefour, par exemple, a déjà commandé un million de kits d’autotests nasaux en mars. Le distributeur espérait pouvoir les livrer dans ses magasins dès avril. Mais il devra visiblement attendre cet hypothétique arrêté du gouvernement.

Des produits vendus à quels prix ?

Pour sa part, Système U a fait preuve de plus de prudence en se réservant de passer commande. « Mais on est prêt, on a les contacts avec les fournisseurs », a révélé Dominique Schelcher. En cas de vente, quels seront les prix de ces autotests ? « À l’étranger, les repères, c’est environ 5 euros le test et entre 20 et 25 euros les 5 tests. On les vendra à prix coûtant. Ce sont des produits d’appel et de première nécessité », précise le dirigeant.

Keep Exploring
La Défense
Free, BlaBlaCar et CDiscount, plus grands succès économiques des trente dernières années en France selon les cadres