Grande distribution : état des lieux au Sénégal

Si elle n’a pas l’allure et le poids de celle de la France, la grande distribution au Sénégal progresse bien. D’ailleurs, entre enseignes nationales et étrangères, la concurrence est saine. Mais ce secteur souffre encore de quelques faiblesses, parmi lesquelles l’absence de certification bio pour les fruits et légumes locaux, et la part encore trop importante de produits importés.

Explosion du chiffre d’affaires et expansion

Qu’elles soient nationales ou étrangères, les enseignes de la grande distribution au Sénégal affichent de belles performances ces dernières années. Ce qui leur permet de s’étendre à travers le pays en ouvrant d’autres magasins dans les plus grandes villes. Une aubaine pour l’économie et les producteurs locaux, qui jouissent de partenariats exclusifs. L’enseigne locale Senchan, lancée en octobre 2020, a récemment ouvert son quatrième supermarché à Touba. Elle mise sur une large gamme de produits locaux pour satisfaire les consommateurs sénégalais. Un parti pris partagé par les supermarchés Low Price du réseau EDK et le groupe Elydia, également présent dans la cité religieuse.

Les grandes chaînes de distribution internationales s’approprient aussi le concept du « Made in Sénégal ». Parmi elles figurent les enseignes françaises Casino et Auchan. Elles accordent une grande place aux produits et aux partenaires locaux dans leurs rayons. Mais, il leur est encore reproché de faire la part belle aux importations. Critiqués, les groupes tricolores mettent en avant les prix, la qualité et l’image de marque de ces produits importés (tomates, bouillons, etc.). Il s’agirait avant tout de répondre aux exigences des consommateurs sénégalais.

Absence de certification, référencement difficile….

Au niveau des produits bio, qui ont le vent en poupe, Casino et Auchan regrettent l’absence de certification pour les fruits et légumes locaux. Ils interpellent donc l’Etat sur ce sujet. De leur côté, les fournisseurs sénégalais reprochent aux enseignes françaises de ne pas faciliter le référencement de ces produits dans leur surface, en limitant leurs fournisseurs à deux. Auchan dit constater un manque de sérieux chez la plupart d’entre eux.

Enfin, les distributeurs notent un faible taux de pénétration de la vente en ligne au Sénégal. Beaucoup d’entre eux retardent ainsi l’ouverture de site e-commerce. D’ailleurs, le réseau de livraison à domicile ne serait pas encore mature pour se lancer dans une telle aventure.

Keep Exploring
Retail : le hard-discounter russe Mere lorgne sur la France